Menu

VIOLENCE SEXISTE : Des étudiants de l’INTEC-Sup sensibilisés par International médical corps Mali

Partger cet article

Dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (25 novembre-10 décembre), l’Ong International Medical Corps a organisé ce matin une séance de sensibilisation au profit d’une cinquantaine d’élèves de l’université privée INTEC-Sup.

Les violences basées sur le genre n’épargnent aucune couche de la société: des foyers en passant par les écoles. Selon l’UNFPA, la violence à l’égard des femmes et des filles est l’une des violations des droits fondamentaux les plus fréquentes dans le monde. Elle ne connaît pas de frontières, qu’elles soient économiques, sociales ou géographiques. À l’échelle mondiale, on estime qu’une femme sur trois sera victime de violences physiques ou sexuelles au cours de son existence. « Bien qu’elle mette en péril la santé, la dignité, la sécurité et l’autonomie de ses victimes, elle reste entourée d’une culture du silence ».

Pour rompre ce silence et impacter sur la lutte contre le phénomène au Mali, International Medical Corps a initié une session de sensibilisation à l’intention des élèves et étudiants maliens. L’objectif, selon le directeur pays adjoint, Pacifique Kigongwe, est d’aider les jeunes filles à ne pas être victimes de violences mais aussi à ne pas être acteurs. Aussi, il vise à faire des étudiants (filles et garçons) futurs cadres du pays, des activistes engagés dans la lutte contre les VBG.  «Il est important d’impliquer les futurs générations dans ce combat noble et important.  Nous voulons qu’ils soient également des relais dans leur établissement, dans leur famille, pour sensibiliser leur cercle d’amis et de parents contre ces phénomènes », a-t-il expliqué, soulignant que cette campagne est une première dont les acquis seront pérennisés.

Même avis chez le promoteur de l’INTEC-Sup, Boubacar Kanté. Il a rappelé la nécessité de continuer la sensibilisation, car précise-t-il, il existe beaucoup de violences faites aux femmes et aux filles au Mali, qu’elles soient physiques, économiques ou morales, mais qui sont sous silence. « On doit aider les jeunes filles qui sont victimes d’avoir les moyens de dire non », a-t-il martelé.

Les étudiants de l’INTEC-Sup.

Les bénéficiaires de la séance ont apprécié les informations reçues. A l’issue de la présentation de Dr Aliou Kayo, ils ont estimé qu’il est important pour eux de pouvoir identifier les formes de violences afin de pouvoir contribuer à son éradication.

Selon les statistiques du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, depuis la crise qui a secoué le pays en 2012, il y a eu plusieurs cas de viols, de mariages forcés et précoces, de violences physiques et psychologiques… Le cumul des données disponibles de janvier 2013 à juillet 2016 est de 6127 cas de VBG déclarés au Mali, selon les statistiques des services sociaux de base.

Cette série de formation et de sensibilisation de l’IMC impactera-t-elle sur ces chiffrent ? « Oui », réponds Moussa Cissé, un juriste engagé dans cette lutte qui espère  qu’elle motivera aussi les victimes à dénoncer et à porter plainte contre leurs bourreaux.

Sory I. Konaté

30minutes.net

09 décembre 2017

Promoteur et directeur de publication du site 30minutes.net, Il est journaliste depuis septembre 2010. Il a travaillé au premier quotidien privé du Mali, Les Echos, avant d’être rédacteur web à Afribone.com. Psychologue de formation, M. Konaté est diplômé de la formation par alternance en journalisme option : presse écrite et web de l’Ecole supérieur de journalisme de Lille (ESJ-Lille). Tel: (00223) 76 93 44 72 Mail : sory30minutes@gmail.com

No comments

Laisser un commentaire

Video du jour

evenements

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031