Menu

SOUMAILA CISSE A PROPOS DES ELECTIONS DE 2018 AU MALI : Le respect des dates pour éviter la catastrophe

Partger cet article

Le président de l’URD Soumaila Cissé  et chef de file de l’opposition était face à la presse le 30 Janvier 2018 à la Maison de la Presse pour sa traditionnelle présentation de vœux à la presse.

Comme à l’accoutumée, le président de l’URD et chef de file de l’opposition M Soumaila Cissé a une fois de plus  souhaité ses vœux les meilleurs à toute la presse pour la nouvelle année. Au cours de cette traditionnelle présentation de vœux, M Cissé en a profité pour faire le bilan de l’année écoulée. Le président de l’URD affirme que l’année n’a pas été bonne pour notre pays, Face aux graves défaillances du pouvoir et à son incapacité à rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire, 2017 n’a apporté aucune amélioration. Au contraire, faute d’un leadership incontesté et incontestable au plus haut sommet de l’Etat, la situation ne fait qu’empirer aux dépens de la population.  Depuis septembre 2013, ce sont plus de 2 000 personnes qui ont trouvé la mort dans des attaques ou des attentats. Ce fut encore le cas récemment avec l’attentat de Boni et l’attaque sur les camps militaires de Youwarou, Soumpi et de Menaka. Dans son intervention il a laissé entendre que  le mal qui ronge notre pays devient de plus en plus inquiétant. La déliquescence du pouvoir nous conduit dans l’impasse. Il nous faut nous ressaisir.  De 2013 à aujourd’hui les différents gouvernements ont montré leur limite et leur incapacité à relever les défis.

Toutefois, M Cissé dira que, la suspension du maire URD  de la commune VI est purement politique. Son seul tort est d’avoir donné le terrain de Magnambougou à Moussa  Singo Coulibaly pour tenir son meeting.

Pour sauver le Mali, il faut organiser des élections libres et transparentes. Pour en finir avec la crise, le Président sortant doit sortir.  Il rappelle que toutes les forces démocratiques qui incarnent l’alternance doivent mobiliser d’avantage afin de soutenir un seul homme pouvant faire sortir notre pays  de l’ornière.

Par ailleurs, il soulignera que 2018 peut être une année de sursaut  pour notre pays dans la mesure où les  élections se tiennent à des dates prévues.

Il a souligné que de la 122eme place en 2016, selon le classement de la liberté de la presse publié en 2017 le Mali est passé à la 116eme place et reste toujours dans la zone rouge. Si la tendance générale est à la baisse, selon l’ONG, c’est en raison de « la prise de conscience croissante de la nécessité de mieux protéger les journalistes et la multiplication des campagnes menées en ce sens par les organisations internationales et les médias eux-mêmes », mais c’est aussi par le fait que « des pays, devenus trop dangereux, se vident de leurs journalistes ».

Sirène du 09 février 2018

No comments

Laisser un commentaire

evenements

février 2018
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728