Menu

AFFAIRE DE LA LIGUE REGIONALE DE FOOTBALL DE SEGOU: Le Puissant Mamadou Sow, le plan diabolique du CONOR et le prisonnier

Partager :

S’il y a une ligue qui a tant souffert et qui continue de souffrir des conséquences de la grave crise qui a secoué le football malien du 10 janvier 2015 à ce jour, c’est bel et bien la ligue de football de Ségou dirigée par l’imperturbable Mamadou Sow depuis le 14 juin 2009. Malgré le départ sans gloire du Djihadiste du football malien, malgré l’avènement du comité de normalisation, le football ségovien continue de souffrir de l’enjeu électoraliste d’une mafia politico-sportive en panne de légitimité et de popularité. Ce qui est dommage voire triste pour les amoureux du football de la quatrième région du pays.

 

En effet tout est parti le 2 juillet 2016 lorsque le Djihadiste du football malien en la personne de Boubacar Baba Diarra a décidé de mettre injustement fin au mandat du président le plus populaire de la ligue de Ségou en la personne de Mamadou Sow au profit du farfelu Cheick Oumar dit Barou Soumounou, un prisonnier qui se trouve sous le coup d’une liberté provisoire depuis plus d’une année. Pendant onze mois on assista au déclin du football ségovien au vu et au su de tout le monde alors qu’il venait de renaitre de ces cendres depuis l’arrivée de Mamadou Sow à la présidence de la ligue le 14 juin 2009. Ce n’est un secret de polichinelle pour personne depuis la mort d’Amary Daou, le football ségovien était tombé dans l’anonymat total. De 2009 à 2016, le bilan de Madou Sow a été à la hauteur des  attentes des amoureux du ballon rond. Ce qui a permis à la région de voir deux de ses équipes évoluer en première division.  Mais hélas c’était sans compter sur les personnes malveillantes comme Boubacar Baba Diarra, Boukary Sidibé dit Kolon, Mamoutou dit Bavieux Touré sont parvenus à manipuler un homme en perte de popularité et dénué de toute personnalité qui n’est d’autre que le Garangué de Markala. Malgré le soutien des proches du pouvoir comme Papou Touré, Ampé, Amadou Koita tous ministres, Mohamed Aly Bathily, ancien ministre, Soumeylou Boubèye Maiga actuellement Premier ministre, Karim Keita dit Katio, ce fut un échec patent car Mamadou Sow demeure le responsable sportif le plus populaire dans la région de Ségou en témoigne la confiance de la majorité des districts et clubs placée en lui jusqu’à ce jour. Du coup l’avènement d’un comité de normalisation du football malien le 10 janvier 2018 avait été salué par les amoureux du ballon rond et particulièrement ceux de la quatrième région du pays. Si ce comité avait reconnu la légitimité du bureau d Mamadou Sow, force est de reconnaitre aujourd’hui qu’il semble avoir les mains liés par la mafia politico-sportive par le biais d’un membre du CONOR en la personne de Me Mamadou Gaoussou Diarra  en témoigne le report à deux reprises sur sa demande de la tenue de l’assemblée générale élective de la ligue. Suite à nos investigations il ressort que Me Mamadou Gaoussou Diarra est à la base de toutes ses manœuvres dilatoires pour imposer vaille que vaille leur pion en la personne de Cheick Oumar dit Barou Soumounou, un prisonnier en liberté provisoire depuis plus d’un an à la tete de la ligue de football de Ségou. Rappelons que Me Diarra qui fut un piètre ministre dont le nom ne restera pas gravé dans les annales de l’histoire du Mali, est très proche de Mamoutou dit Bavieux Touré  et de Boukary Sidibé dit Kolon. Un autre soutien s’est fait inviter à la personne du ministre Zoumana Mory Coulibaly, un  véritable migrant politique parti de l’ADEMA en passant par le Mouvement Citoyen, les FARE An Ka Wuli aujourd’hui au RPM en attendant une nouvelle chute. Malheureusement  pour eux la présidente du CONOR ne pourra pas les satisfaire car tout ce qu’elle dira ou fera sera contre elle au vu de toutes les correspondances qu’elle a écrites et envoyées au secrétaire général de la ligue. Ce dont Mme Daou Fatoumata Guindo doit comprendre  que sa nomination ou son limogeage ne dépendent pas de ceux qui manipulent son vice-président mais plutôt de la FIFA. Il n’est un secret pour personne Me Diarra se réunit nuitamment avec les adversaires pardon les détracteurs de Mamadou Sow pour peaufiner leur plan diabolique et qu’il fait parachuter au CONOR. Une chose est claire et nette qu’il y ait assemblée générale élective ou pas, Mamadou Sow demeurera le président légitime de la ligue de football de Ségou conformément aux statuts de la fédération malienne de football et portera les trois voix de la 4e région du pays lors de la prochaine assemblée générale élective à la présidence de la fédération malienne de football.  Aussi  les membres du CONOR et les soutiens du prisonnier en liberté provisoire doivent comprendre que l’application des textes qui régissent le football ne revient pas à l’état du Mali mais à la FIFA. Et mieux ils doivent comprendre le football ségovien se gérera à Ségou et à non dans les hôtels et restaurants de Bamako. Cependant ils peuvent continuer nuire à la pratique du football de Ségou mais ils ne pourront jamais nuire à la popularité de Mamadou Sow. Comme on le voit ce n’est ni un problème de textes, ni de temps mais la ligue de football de Ségou est tout simplement envahit par une mafia politico- sportive composée des personnes en panne de popularité et de crédibilité.

 Saïd   

La Mutation du 10 juillet 2018 

Articles Récents