Menu

MOHAMED ALI BATHILY : « Je rêve d’un Mali bien gouverné où la corruption est quasiment impossible »

Partager :

Moins de 24 h après le dépôt de sa candidature à la Cour constitutionnelle, Me Mohamed Ali Bathily a animé un point de presse au QG des Associations pour le Mali (APM). Objectif : annoncer l’effectivité de sa candidature et dévoiler les grandes lignes de ses ambitions pour le Mali.

 

C’est officiel ! Mohamed Ali Bathily, un ancien ministre d’IBK, se porte à la conquête de Koulouba. Contre son ancien collaborateur et ami dont il a largement contribué à l’élection en 2013 avec les APM. Sa candidature est loin d’être une de plus car, explique-t-il, elle incarne la volonté du peuple qui, à travers son association, a largement contribué à son officialisation.

« Vous avez grandement contribué à l’avènement de ce jour-ci en faisant des dons : 100 F CFA, 1000 F CFA, 5000 F CFA, etc. et selon vos moyens nous avons organisé la résistance y compris financièrement« , a révélé l’ex-ministre, très engagé à ramener l’ordre et la bonne gouvernance au Mali.

« De Kayes à Kidal en passant par Bamako, vous vous êtes mobilisés pour que je vous représente et me tienne droit et fier devant vous. Je vous en remercie du plus profond de mon cœur. Non, les mensonges et la corruption ne passeront plus au Mali. Non, la démocratie ne sera pas bafouée« , a-t-il dit avant de promettre : « Je continuerai à représenter dans ce combat ceux qui veulent un changement radical. Je continuerai à représenter les 70 % de la société civile malienne« .

 Contre les pratiques qui minent la République

Selon le candidat des APM, le moment est venu pour le Mali de connaître une ère nouvelle : celle de la paix, la bonne gouvernance, la fin de la corruption, etc. Il a estimé qu’une victoire sur toutes les pratiques malsaines est aujourd’hui nécessaire pour relancer le Mali.

« Elle semblait être un mort-né et elle semblait être dans les bras des croque-morts. Durant ces derniers mois, je me suis tue, mais les choses ont été souvent très difficiles y compris pour passer des coups de file tellement nos lignes sont sur écoute en violation de toutes les lois. Il nous est difficile même de téléphoner. Ceux de nos amis qui peuvent nous aider se sont retrouvés parfois bloquer au niveau de leur avoir, du Trésor public et au niveau des banques parce qu’ils pouvaient aider les adversaires du président de la République IBK« , s’est indigné l’ex-ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières.

S’agissant de la loi instituant le parrainage, il a rappelé que celle-ci est publique, impersonnelle et que les députés qui touchent des émoluments à l’Assemblée nationale ne les touche pas au nom du RPM, mais « c’est de l’argent public« . Donc, a déclaré Me Bathily, « ils doivent servir la République et non Ibrahim Boubacar Kéita« .

Après avoir remercié et félicité tous ceux qui ont eu le courage de parrainer sa candidature pour cette élection de 2018, il a sonné la fin de la récréation. « Malgré les difficultés et les nuits blanches passées, vous ne m’avez jamais laissé tomber. J’en suis honoré. Mais le reste est à venir. Votre carte d’électeur, c’est plus qu’un fusil. C’est plus que le gaz du Premier ministre. Je vous invite donc à accomplir votre devoir citoyen« , lancera-t-il rappelant que « cette année la victoire est quasiment impossible pour IBK, car au mieux de sa forme électorale le RPM en compétition normale avec tous les partis du Mali n’a jamais dépassé 12 à 13 % de l’électorat« .

Citant Martin Luther King, Me Bathily a révélé son rêve pour le Mali. « Je pense à Martin aux Etats-Unis. Il avait un rêve pour son pays. Et aujourd’hui, moi aussi j’ai un rêve pour le Mali. Un rêve qui est celui de la liberté d’expression. J’ai un rêve que cette liberté d’expression ne soit plus un vain mot et que personne ne s’avisera à nous jeter le gaz lacrymogène lorsqu’on veut s’exprimer. J’ai un rêve pour que la corruption cesse et que la bonne gouvernance s’installe, etc.« 

Hamissa Konaté

30 minutes.net

26 juin 2018