Le directeur pays du géant canadien, B2Gold-Mali, Mohamed Diarra, a fait, ce jeudi, le bilan de la première année complète de production commerciale de la mine de Fekola qui, selon lui, a produit 14,12 tonnes d’or et versé plus de 50 milliards de F CFA à l’Etat malien. Actualité oblige, il est revenu sur les rapports liant sa société au Mali qui, dit-il, est un partenaire au service du développement qui travaille en toute légalité.

Transparence, appui au développement communautaire et soutien financier à l’Etat malien : ce sont les principaux engagements de la société B2Gold, selon son directeur-pays, Mohamed Diarra. Le 24 janvier 2019, à l’occasion d’une conférence de presse pour présenter le bilan de l’année 2018, il est revenu sur les difficultés rencontrées, la production annuelle, le nombre d’emploi créés par la mine et les efforts de développement consentis.

« La mine de Fekola s’est engagée à maximiser les possibilités d’emploi pour les Maliens. Elle emploie présentement 1925 Maliens, dont la majorité sont issus des communautés locales et du cercle de Kéniéba », a déclaré M. Diarra. Il a ajouté que la société a lancé un programme de bourses pour aider dix jeunes Maliens à obtenir des diplômes universitaires dont 50 % sont issus du cercle de Kéniéba et 50 % sont des femmes.

« En raison de la proximité relative du village de Fadougou avec les opérations minières, B2Gold, en consultation avec la communauté locale, a entrepris la construction d’une nouvelle ville afin d’atténuer l’impact négatif de ses opérations sur la communauté. Cela a impliqué la construction de 325 nouvelles maisons, d’une mosquée, d’une école, d’un Cscom et d’un marché. Toutes les maisons disposent de l’énergie solaire, de latrines et d’un accès à l’eau potable », a-t-il révélé.

Côté production, la compagnie, a affirmé son directeur pays, a produit un total de 439 068 onces d’or, soit 14,12 tonnes, dépassant la limite supérieure de cumul de sa fourchette de prévision (comprise entre 420 000 et 430 000 onces – 13,5 à 13,8 tonnes). Cette performance exceptionnelle, a-t-il ajouté, est due au dépassement de la capacité de traitement de l’usine de 12 % (soit 5,6 millions de tonnes) combiné à un taux de récupération de l’usine de 94,7 % contre un budget de 92,7 %.

« Fekola SA a déjà versé un total de 10,948 milliards de F CFA en 2016, 23,018 milliards de F CFA en 2017 et 50,887 milliards de F CFA en 2018 à l’Etat malien sous forme de taxes, de redevances, de dividendes et de droits de douane ».

Cette année, la mine de Fekola prévoit de traiter 5,75 millions de tonnes de minerais. Cela équivaut à 423 142 onces d’or qui devraient être produites en 2019. Les dépenses d’immobilisation devant être investies en 2019 seront de 48 millions de dollars.

Le directeur-pays est revenu sur la récente révélation d’un média malien concernant la suspension de vol de ses deux aéronefs. Apres avoir rappelé le contexte sécuritaire ayant poussé B2Gold a opté pour l’utilisation d’aéronefs spécialisés l’appartenant, M. Diarra a indiqué que le service et l’exploitation de ces avions sont bien conformes aux normes de sécurité et de réglementation de l’aviation internationale. « Nous n’avons rien à cacher et, en tant que partenaires à l’Etat malien qui détient 20 % de la société Fekola SA, nous ne pouvons que travailler dans la légalité et la transparence totale », a-t-il insisté.

B2Gold Corp. est une société minière aurifère canadienne, dont le siège social est situé à Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada. La société exploite cinq mines d’or, notamment Fekola (Mali), Otjikoto (Namibie), La Libertad et El Limon (Nicaragua) et Masbate (Les Philippines). La mine de Fekola est située dans le cercle de Kéniéba dans l’ouest du Mali.

S. I. K.

Le Focus du lundi 28 janvier 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît