Les orpailleurs illégaux ont envahi le périmètre protégé de la mine de Kofoulatiè-Nord, mais l’Etat malien fait semblant de ne pas voir l’eau dans le fleuve. Il se dit, sûrement, qu’il n’a pas le choix entre la compagnie minière Accord-SA, soumise aux dispositions du code minier en vigueur, et les orpailleurs qui se moquent pas mal de la législation minière.

Si la situation actuelle de la mine de Kofoulatiè Nord perdure sans que le gouvernement ne bronche, il faut croire alors que l’Etat a fait le choix pour les hors-la-loi. L’actuelle ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Baba Ba, doit agir maintenant. Elle sait tout sur ce dossier pour avoir été directrice générale de la géologie et des mines (DNGM).

Pourtant, elle assiste impuissante à l’envahissement de la mine de Kofoulatiè Nord alors même qu’elle dispose des correspondances y afférentes. Elle doit faire preuve de fermeté puisqu’elle n’est pas sans savoir qu’une compagnie minière comme Accord-SA contribue au fisc et dispose d’un personnel salarié. Par contre, les orpailleurs envahisseurs n’apportent rien à l’assiette fiscale. De plus, leur exploitation anarchique porte gravement atteinte à l’environnement.

Pour mémoire, un arrêté ministériel portant attribution de l’autorisation d’exploitation de petite mine de Kofoulatiè Nord, commune rurale de Kaniogo, cercle de Kangaba, a déclenché le processus de mobilisation de ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à l’implantation accélérée de l’unité de production. C’est ce que les spécialistes appellent la phase de développement de la mine.

La compagnie Accord-SA a investi un peu moins de 500 millions de F CFA en 2009, plus d’un milliard en 2010, plus de 600 millions en 2011, un peu plus de 1,650 milliard en 2012, plus de 923 millions en 2013, plus de 760 millions 2014, plus de 968 millions en 2015, plus de 1,2 milliard en 2016. Au 1er mai 2016, date de démarrage de la production, ce projet de développement a coûté plus de 8,9 milliards de F CFA aux investisseurs.

La compagnie dispose d’une base vie moderne et équipée de toutes les commodités, ainsi que d’un atelier multifonctionnel de traitement d’échantillons tous déjà opérationnels et qui ont coûté plus de 150 millions de F CFA. Présentement, le parc de matériel roulant de la compagnie Accord-SA compte 8 camions et 6 véhicules tout terrain. Accord-SA bénéficie constamment de l’expertise de géologues technologues et autres ingénieurs de mine expatriés chevronnés.

Par ailleurs grâce à une dynamique innovatrice, inspirée de l’élite mondiale et une stratégie de diversification d’activités, prônée par les plus hautes autorités, Accord-SA s’engage dans la recherche de bauxite et des substances minérales du groupe III dans le secteur Tambalé, cercle de Kati. Elle projette y investir plus de 1,5 milliard de F CFA dans les trois prochaines années.

L’Etat malien, qui se considère bon élève de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) devrait protéger les investissements de la compagnie Accord-SA à la mine de Kofoulatiè Nord. Il en va de sa crédibilité de l’image de pays attractif pour l’investissement étranger.

A. M. Thiam

Le Focus du 24 décembre 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît