Menu

Pr. MAMADOU KONE : « Avec le temps, je gagne de l’âge, mais je ne vieilli pas grâce au sport »

Partger cet article

Pour son premier numéro, votre rubrique bihebdomadaire « Quand j’avais 20 ans«  s’intéresse à Pr. Mamadou Koné, PhD en physiologie de l’activité physique et sportive, adepte des arts martiaux et dirigeant sportif depuis plusieurs décennies au Mali. Portrait.

« Ma vie, c’est le sport. J’ai étudié le sport et je l’ai pratiqué toute ma vie« , explique un tantinet souriant Pr. Mamadou Koné. A 67 ans, il paraît n’en avoir que 30. Ce maintien, selon lui, il le doit au sport qu’il a pratiqué et à l’hygiène de vie qu’il s’impose depuis son enfance. « Au lycée, je ne me consacrais qu’à mes études et au sport. Je n’avais pas de temps pour veiller, car je me réveillais entre 4 h et 5 h du matin pour réviser mes leçons et m‘entraîner« , raconte Maître Koné, ceinture noire 5e dan de taekwondo.

Pr. Mamadou Koné a eu une riche carrière professionnelle et sportive. Dernière génération de l’école coloniale, il a été très vite séduit par les activités physiques et sportives. Handball, basket-ball, athlétisme, karaté, judo, il pratiquait toutes sortes disciplines. Malgré cet amour pour le sport, il est resté attaché à l’école. Ce qui l’amènera en Russie pour des études doctorales sur la santé et le sport.

Après avoir obtenu son baccalauréat série SBT à Markala en 1973, il passera entre 1973 et 1978 avec succès un « Master of Sciences » comme professeur et entraîneur de basket-ball, avec comme thème de mémoire : « Physiologie du sport« .

En 1981, Pr. Koné aura un certificat d’études spécialisées en matérialisme dialectique, un autre en traduction de la langue russe et en physiologie du sport à l’Institut central de culture et de physiologie de Moscou. Puis en 1982, il est admis avec succès au certificat d’études spécialisées de biologie et de physiologie au 2e Institut de médecine de Moscou, dénommé Botkine.

Entre 1978 et 1983 il fera une thèse relative à l’étude de la dynamique du métabolisme des glucides chez les sportifs en période d’entraînements intensifs soutenue à l’Institut central de culture physique de Moscou. Les travaux étaient parrainés par le Pr. Viru Atko Atkovitch, directeur de l’Institut de médecine du sport de Tartu (Estonie soviétique). Cette thèse, grâce à sa pertinence, est recommandée dans la préparation des cosmonautes soviétiques.

Après ce cursus sans anicroche, Pr. Koné a servi le Mali sur plusieurs fronts. Des années 1980 à aujourd’hui, il a enseigné la physiologie, le basket-ball. Il a encadré des thésards, élaboré des protocoles de recherche exécutés dans les grandes écoles, instituts et universités maliennes et même ivoiriennes.

En plus de nombreuses publications au Mali et à travers le monde, Pr. Koné a été agent à la direction nationale des arts et de la culture en qualité de  conseiller médico-sportif et il a été directeur général adjoint et fondateur du Centre national des œuvres universitaires (Cenou) pendant onze ans (2002-2013).

Il coordonne efficacement ses activités professionnelles avec sa vie sportive. En effet, Pr. Koné est depuis 1996 membre de la Fédération malienne de taekwondo. Il a été secrétaire générale puis 2e vice-président de la discipline, poste qu’il occupe depuis 2010.

Ce qui a changé de sa jeunesse à aujourd’hui

Selon Pr. Koné, l’évolution des médias a impacté négativement sur l’éducation des enfants. C’est un fervent défenseur de l’évolution des nouvelles technologies, mais il estime que les programmes proposés par les télés et l’utilisation excessive et incontrôlée des réseaux sociaux piétinent l’éducation des enfants d’aujourd’hui.

« Il y a beaucoup de films sur Novelas TV, des choses qui montrent les mauvais caractères d’autres peuples. Les enfants aiment cela et même certains parents. Il faut revoir cela. Je ne demande pas de ne pas laisser la télé à la portée des enfants, mais de mettre en place des émissions qui leur donnent une meilleure éducation« , préconise-t-il.

Il affirme son regret de constater que les populations surtout les plus jeunes sont emportées par l’utilisation des produits dont ils ne mesurent pas la portée. Et de préciser : « Les gens passent une journée entière sur Facebook, tweeter en oubliant que le téléphone portable ou même l’ordinateur est dangereux. On est facilement identifié, tout ce qu’on fait est surveillé par des gens qui peuvent un jour vous piéger. Donc apprenons aux jeunes à bien utiliser ces outils« .

Evoquant, les rapports filles-garçons, Pr. Koné avoue que la situation a beaucoup changé surtout dans le mauvais sens. « Avant, le contact avec les filles était difficile, voire impossible.  On pouvait fréquenter des filles pendant des années sans entretenir d’autres relations. Souvent, certaines filles disaient que nous étions des incapables. On était d’accord avec cette critique, car notre objectif principal était l’école et les performances sportif« .

Guidage

Le premier conseil de Maître Koné pour rééduquer la jeunesse malienne et africaine est la prise de conscience. Selon lui, les jeunes doivent respecter les aînés, les écouter et suivre leurs conseils. « Pour avancer dans la vie, il faut écouter les spécialistes et les aînés« .

Il demande aux parents d’être toujours sur le qui-vive pour bien suivre les enfants.  L’éducation étant la même partout à travers le monde, il est temps que les Maliens inculquent aux enfants nos valeurs sociétales fondées sur le respect d’autrui et des aînés.  Et que l’école, l’enseignement technique et professionnel et tous les autres domaines de l’éducation soient dépolitisés.

« Il est temps qu’on ne se vante plus de ce que Soumahoro, Babemba, Soundiata, etc., ont fait, mais plutôt de ce que nous faisons pour nous-mêmes et pour notre pays. Il faut d’abord s’identifier soi-même dans son milieu en tant que valeur au lieu de chanter les louanges des disparus. Au moins eux, ils ont fait quelque chose et toi qu’est-ce que tu as apporté. Aujourd’hui nous sommes tous interpellés sur cela« .

Sory I. Konaté

30minutes.net

18 juillet 2017

Promoteur et directeur de publication du site 30minutes.net, Il est journaliste depuis septembre 2010. Il a travaillé au premier quotidien privé du Mali, Les Echos, avant d’être rédacteur web à Afribone.com. Psychologue de formation, M. Konaté est diplômé de la formation par alternance en journalisme option : presse écrite et web de l’Ecole supérieur de journalisme de Lille (ESJ-Lille). Tel: (00223) 76 93 44 72 Mail : sory30minutes@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

evenements

juillet 2017
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31