Menu

CONTRÔLE DES FLUX MIGRATOIRES au Niger et au Tchad : Un prêtre italien accuse cette politique de ‘’néocolonialiste’’

Partger cet article

Nous pensons que l’esclavage et la colonisation ne sont pas terminés : ils ont simplement changé d’habit et de stratégie. La colonisation économique va de pair avec la colonisation politique, idéologique et sociétaire. Ce qui se passe autour des migrations en est un exemple.

 ‘’Nous ne sommes rien sur cette terre si nous ne sommes d’abord les esclaves d’une cause, de la cause des peuples, la cause de la justice et de la liberté’’, Frantz Fanon.

Il existe au Niger et ailleurs en Afrique et en Europe une partie de la société civile qui se reconnait dans les derniers mots que Frantz Fanon a écrit avant de mourir de maladie en exile. Nous nous reconnaissons les indignes héritiers du même combat qu’il a mené tout au long de sa vie. La libération de l’esclavage de la colonisation, physique et mentale, qui l’a rendu ‘esclave’ d’un peuple et d’une cause.

Il y a longtemps que l’Europe impose sa politique migratoire au pays africains. Les accords commerciaux impliquent toujours des contreparties liées au contrôle et à la réadmission des migrants non désirés en Europe. Les frontières extérieures de l’Europe se sont externalisées depuis des années. Depuis la zone de Nouadibou en Mauritanie, les enclaves espagnoles au Maroc, le contrôle des rives de la Méditerranée, la Libye déjà avec Kaddafi jusqu’au pays du Sahel.

Cela se faisait chaque fois à travers des conférences conjointes, avec la participation de pays africains intéressés. Dakar, Rabat, Rome et finalement de La Valette à Malte en 2015. Sans exclure les différents du G7 ou du G8 dans lesquels les même principes étaient proposés, vendus, achetés et propagés.

La particularité d’un de ces derniers, celui de La Valette, est que le Niger y a pensé jouer un rôle important et pivotal dans le dispositif visant à freiner les migrations. La position du Niger a été clair depuis le début : argent en échange du service rendu à l’Europe et ses objectifs affichés de blocage des migrants. La suite des rencontres effectuées à Rome avec les autorités italiennes par le président Issoufou et par la suite à Taormine (G7) et en Allemagne (G20), n’ont fait que confirmer ce qu’on demande au Niger et ce que le Niger demande à son tour.

D’une manière simple on pourrait dire que le Niger a désormais accepté d’être embauché comme ‘‘sous-traitant’’ des politiques européennes de répression des mouvements migratoires. Nul n’ignore, en effet, la position stratégique qu’occupe le Niger dans l’espace sahélien et en particulier par rapport à la Libye, point d’arrivé et de départ pour des milliers de migrants.

En réalité, ce que M. Macron a récemment annoncé concernant les ‘camps de filtrage’ pour les ‘bon’ réfugiée et migrants, n’est pas nouveau. Déjà dans les années 2000 ce fut le tour de M. Blair de proposer la stratégie visant à ‘trier’ les ‘élus’ pour l’Europe en dehors de l’Europe. Le Niger, avec la Libye et ensuite le Tchad semblent avoir été choisis pour abriter les camps de ‘triage’ des migrants et réfugiés.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil de la politique occidentale et de l’acceptation plus ou moins intéressée des pays africains en question. Une politique ‘gagnant-gagnant’ pour les élites politique et militaire et un ‘perdant-perdant’ pour la dignité et les droits humains. Tout le monde est bien conscient que les migrations constituent un business colossal, d’un côté et de l’autre de la Méditerranée.

C’est dans cette optique que nous, membres de la société civile, travaillant chaque jour avec les migrants et enregistrant les souffrances et les violences dont ils font l’objet, se sont résolu à présenter cette déclaration.

. Pour dénoncer avant tout la politique néocoloniale de l’Occident et le prétexte du contrôle des mouvements migratoires s’installer et militariser l’espace sahélien.

. Pour réaffirmer avec force que le droit à la mobilité, garanti par la Déclaration Universelle des Droits Humains, est à travers ces politiques bafoué et violé.

. Pour accuser le langage et les politiques qui ‘criminalisent’ les migrants et les migrations informelles, depuis longtemps mises en relation avec le terrorisme et l’insécurité dans le Sahel.

. Pour rappeler que le blocage du transit de migrants n’arrêtera pas pour autant la recherche des nouveaux chemins plus dangereux et couteux.

. Pour exprimer notre indignation et refus des politiques de réadmission, enferment dans les camps et toute autre mesure susceptible de blesser la dignité humaine des migrants.

. Pour appeler les décideurs de notre pays et les autres pays  concernés à se ressaisir afin que la dignité des peuples africains soit respectée sans aucun marchandage

. Pour inviter les organisations de la société civile et toute personne éprise de justice et d’égalité à former un front commun pour que la démocratie s’applique aussi dans le domaine des migrations.

. Pour refuser toute complicité et trahison du patrimoine hérité par les luttes pour indépendance et la liberté et la dignité pour tous. C’est cela la seule cause par laquelle, comme Fanon l’a fait, nous sommes disposé de donner notre vie.

Mauro Armanino

Contributeur au Site 30minutes.net

Niamey, Aout 2017

Promoteur et directeur de publication du site 30minutes.net, Il est journaliste depuis septembre 2010. Il a travaillé au premier quotidien privé du Mali, Les Echos, avant d’être rédacteur web à Afribone.com. Psychologue de formation, M. Konaté est diplômé de la formation par alternance en journalisme option : presse écrite et web de l’Ecole supérieur de journalisme de Lille (ESJ-Lille). Tel: (00223) 76 93 44 72 Mail : sory30minutes@gmail.com

No comments

Laisser un commentaire

evenements

août 2017
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031