Menu

TOURNOI DU NORD : Sans Ménaka

Partger cet article

La région de Ménaka a décidé de ne pas participer au tournoi des Sports destiné aux régions du nord. Les responsables de la région évoquent des raisons sécuritaires et veulent, à travers ce refus, réclamer le renforcement des services sociaux sanitaires de base dans leurs localités.  

«Pour se distraire, il faut être en vie, en bonne santé et rassasié », a annoncé Bohaïna Baby, président de l’AS Firhoune de Ménaka. « Ménaka est une région, mais elle n’a ni eau ni électricité et ne dispose d’aucun centre de santé idoine », déplore-t-il avant de s’étonner : « comment peut-on donc dire à un enfant d’aller jouer au football, au basketball ou d’aller courir pendant que chez lui sa maman manque d’eau, son père n’a pas accès à des soins de qualité, son oncle est déconnecté du monde ».

Pour témoigner de leur mécontentement au gouvernement malien, une délégation de la région séjourne actuellement à Bamako. Samedi, les membres ont lancé un appel aux autorités pour faire face aux problèmes que traversent les populations ménakoise.  « Lorsque ton existence est menacée, tu ne peux pas te distraire, explique M. Baby. La deuxième raison de leur refus, selon lui, est relative au projet de loi portant création des collectivités territoriales, des régions, des cercles et communes de la région de Ménaka pris lors du Conseil des ministres du 28 février 2018, qui favorise certaines communautés que d’autres.

« L’Etat a juste récompensé certaines personnalités en oubliant la grande majorité de la population. De telles pratiques divisent. Tous les enfants de ce pays doivent avoir le même traitement. Il faut de l’égalité », indique M. Baby tout en ajoutant « Qu’on sache qu’on ne peut plus nous tirer par les oreilles où encore nous mettre là où nous ne voulons pas être, ça suffit. Ménaka dit non, on ne doit plus chérir d’autres et fouetter certains ».

Le découpage en cause ?

Harouna Idbaltanatt, membre de la délégation et président des villages et fractions du cercle de Ménaka a abondé dans le même sens. Selon lui, les populations « lésées de Ménaka » veulent être remis dans leurs droits par rapport au découpage. « Nous ne demandons à l’Etat que la création des quatre communes proposées (Jingalane, Ezegrenne, Aussakaray, Toudouf), de l’eau, de l’électricité et de réhabiliter le CS Réf », rappelle M. Idbaltanatt. Et de conclure : « Nous ne sommes contre personne, ni contre les communes déjà créées. Nous sommes des maliens conscients qu’ils sont condamnés à vivre avec tous les fils de ce pays. Nous voulons le droit et légalité pour tous, nous ne cherchons rien d’autres ».

Prévu à partir d’aujourd’hui jusqu’au 2 avril 2018 à Mopti, le tournoi des régions du Nord met en compétition les équipes des régions du septentrion en athlétisme, basketball et football.  Il est initié et piloté par le ministère des Sports. Une façon pour ce département de contribuer à la réconciliation et la cohésion sociale. Tombouctou, Gao, Taoudéni, Kidal et la région de Mopti participeront aux compétitions.

Un membre de la Commission nationale d’organisation du tournoi confirme les raisons évoquées par Ménaka pour ne pas participer à l’évènement. Selon lui, les causes principales sont plutôt d’ordre sécuritaire que politique ou administrative. « Nous avons voulu cette compétition, pour créer un cadre de rencontre et d’échange entre les ressortissants des différentes régions du Nord. A cause de la crise, la jeunesse n’a pas participé à beaucoup d’évènements sportifs et culturels, il était donc bien de les réunir afin de participer à leur éducation, à lutter contre l’extrémisme, etc », précise notre source tout en indiquant que le but n’était pas d’exclure une région, mais de promouvoir le vivre ensemble et la cohésion sociale à travers les valeurs du sport.

Abdoul M. Maiga

30minutes.net

26 Mars 2018

No comments

Laisser un commentaire

evenements

mars 2018
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031