Menu

MOPTI : l’école dans l’impasse !

Partger cet article

Près de 200 écoles fermées, certaines incendiées, des enseignants menacés de mort par des présumés jihadistes hostiles à l’administration française. La situation sécuritaire précaire dans la région de Mopti a fortement impacté l’enseignement dans la région. Les autorités scolaires de mettre en place des initiatives pour « sauver » certains enfants. Mais non sans difficultés. A quoi ressemble l’éducation dans la région de Mopti ? Reportage.

Depuis 2012, la situation des écoles dans la région de Mopti se dégrade. Le taux de scolarisation de la région est l’un des plus bas au Mali : 51% contre 76% au plan national. A cela vient s’ajouter la fermeture des centaines d’écoles dans la région. « Aujourd’hui dans l’académie de Douentza il y a 183 écoles fermées au cours d’une année. Dans l’académie de Mopti nous sommes à 257 écoles fermées. Et tout ceci à cause de la recrudescence de cette crise-là », explique Amadou Déguéni, Directeur de l’Académie d’enseignement de Mopti.

Ces fermetures d’écoles ont obligé des enseignants à quitter leurs postes. Un parmi eux, qui a gardé l’anonymat, témoigne des raisons qui ont précipité leur déplacement.

« Une nuit, les jihadistes sont venus nous menacer de fermer l’école sous prétexte qu’ils sont contre l’administration française. Tout ce qui est français, ils sont contre, explique l’enseignant. Avant de poursuivre : Ils sont venus dans le village avec mon nom, ils étaient au nombre de cinq, tous armés. Ils cherchaient coute-que-coute à voir le directeur. Heureusement pour lui il était absent. Ils ont dit qu’ils vont partir ce soir, mais qu’ils reviendront demain soir à la même heure. Et ils ont menacé de tuer tout enseignant qui restera dans le village ».

Face à ces menaces, les enseignants se sont vite repliés sur la ville de Mopti. Ils laissent derrière eux des milliers d’enfants dont l’avenir est incertain et exposé à tous les dangers. Ce qui inquiète les parents d’élèves. « Un enfant qui n’est pas instruit il est appelé à faire n’importe quoi. Vous voyez ce que nous vivons à propos de l’insécurité et l’interprétation qu’ils font du Coran ? », s’interroge Narourou Daou un de responsables de l’Association des parents d’élèves à Mopti.

« C’est parce que ce sont des gens qui ne sont pas généralement instruits, poursuit le parent d’élèves. Une fois qu’on est instruit, on sait faire la part des choses. Mais quand c’est le contraire, on est exposé à tous les dangers », tranche Narourou Daou.

Pour éviter ces dangers, des initiatives sont en cours pour récupérer les élèves des écoles fermées.

« Il a été demandé aux parents de faire venir leurs enfants dans des localités où ils peuvent étudier. Ceux qui n’ont pas de parents ailleurs, qui ne peuvent pas aller ailleurs, nous avons adopté des stratégies. C’est le cas par exemple du SAAP : c’est-à-dire on a pris des gens même du village qui ont un certains niveaux, on leur a donné une formation pédagogique et qui sont en train aujourd’hui de procéder au regroupement des enfants afin de leur assurer le minimum éducatif », explique Amadou Déguéni, Directeur de l’académie d’enseignement de Mopti.

Dans cette région, le droit à l’éducation, un droit fondamental pour les enfants est aujourd’hui bafoué à cause de la crise sécuritaire que connaît la région.

Avec ST 

L’Indicateur du renouveau du 11 avril 2018 

No comments

Laisser un commentaire

evenements

avril 2018
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30