Menu

L’USAGE ABUSIF DES RÉSEAUX SOCIAUX ET SON IMPACT : Pourquoi faut-il en débattre ?

Partger cet article

 L’utilisation négative des réseaux sociaux inquiète les associations locales du Mali. Tous sont unanimes (acteurs de la société civile, activistes, parents, éducateurs, hommes politiques, élèves, étudiants, etc.), que l’usage abusif des réseaux sociaux cause des problèmes qui vont à l’encontre de nos valeurs au sein de la société. Face à cette situation l’association Anw Ko Faso, a organisé une conférence débat à la Maison des ainés de Bamako le samedi 14 avril 2018.

« Aujourd’hui, nous traversons des moments de turbulences dues au progrès technologique mais, aussi et surtout, à son usage démesuré qui entraine des dérives qu’il faut débattre afin de trouver des voies et moyens pour protéger ceux qui sont susceptibles de prendre la relève de notre nation », a indiqué Yéya Touré, présidente de l’association.

La société fait face à une montée de pratiques qui vont à l’encontre de nos valeurs. Contre toute logique, des tendances malsaines s’affichent sur les réseaux sociaux au détriment des valeurs profondes qui ont toujours été la pierre angulaire de cette nation : des vidéos sont constamment relayées sur les réseaux sociaux dans lesquels des individus s’érigeant en « guides » ou « bons citoyens, donneurs de leçons » insultent des hommes politiques (de la majorité comme de l’opposition), des acteurs de la société civile et même des leaders religieux. Le constat est amer. Aucune couche n’est épargnée. Face à cette situation, le Collectif Anw Ko Faso interpelle tout le monde à multiplier d’efforts pour lutter contre l’usage abusif des réseaux sociaux au Mali.

Selon Yéya Touré, ces pratiques incontrôlées sont issues de l’usage abusif des réseaux sociaux. Les récents événements qui ont  fait la UNE dans les médias illustrent bien son argument. Car dit-elle, ils mettent en relief des actes incontrôlés de la part des jeunes mais également soulignent le fossé entre cette couche et les parents, voire les éducateurs. C’est ainsi, que l’association a pris l’initiative d’organiser une conférence pour débattre du sujet. Toujours selon elle, il ne s’agit pas seulement d’en débattre et rester inactif mais plutôt, dit-elle, d’envisager des actions à travers des séries d’ateliers et de séminaires sur la thématique en partenariat avec les différentes institutions et experts dans divers domaines ».

 L’éducation et l’encadrement en cause

Très mobile sur les réseaux sociaux, l’un des conférenciers, Mamadou Bah Koné, déclare que les raisons qui poussent les jeunes sont multiples. Selon lui, dans la société, il y a un fossé entre les enfants et les parents. Les parents ont délaissés. Il n’y a pas longtemps, les parents surveillaient leurs enfants. Ils regardaient ce qu’ils faisaient. Aujourd’hui, il y a eu un développement rapide de la technologie qui fait que les enfants sont connectés et les parents sont déconnectés. Donc, ce qui fait que l’enfant a une certaine supériorité intellectuelle et technologique sur les parents.  Car dit-il, ils peuvent faire tout ce qui veulent. En plus, les enfants sont devenus les maîtres de la famille. C’est eux, qui ont pris la place des parents. Qu’on le veut ou pas. Nous vivons dans une décadence familiale, explique-t-il. Aussi, précise-t-il, les enfants sont dans certains manquent d’information de l’usage positifs des réseaux sociaux. Ils ne sont pas informés dans les écoles. Donc, il y a une éducation morale et civique qui fait défaut dans les écoles, primaires, secondaires et universitaires. Ainsi, propose-t-il, que les enseignants et formateurs doivent être mieux outillés pour discuter avec les jeunes dans les classes de l’utilisation optimale des réseaux sociaux.

Le programme du Collectif Anw Ko Faso, il s’agira de former des jeunes en collaboration avec l’APEJ.

Hamissa Konaté

30 minutes.net

17 avril 2018

No comments

Laisser un commentaire

evenements

avril 2018
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30