Menu

MALIACTU.NET – Des destins divers pour les protagonistes : Issa démissionne, Salif au chômage technique, Aliou médite sur son sort

Partger cet article

La situation de Maliactu.net est chaotique depuis l’arrestation musclée de trois journalistes de cette rédaction il y a environ trois mois. Salif Diarrah, le rédacteur en chef, est au chômage technique à cause du contrôle judiciaire, Aliou Hassèye réfléchit sur son sort attendant la fin de la procédure et Issa vient de jeter l’éponge à cause de la pression de la justice.

 

SOS pour le site d’informations générales malien Maliactu.net. ! Malgré l’appelle lancée la semaine dernière par l’ONG international de défense des journalistes, Reporters sans frontières (RSF) demandant la levée immédiate du contrôle judiciaire et la restitution des matériels du journal, la situation de Maliactu.net reste difficile, voire incertaine.

Elle tournait au ralenti, mais elle risque d’être fermée très prochainement à cause de la psychose à cause de cette affaire. Trois journalistes confirmés de la rédaction ne travaillaient plus correctement et en début de cette semaine, Issa, l’un des trois journalistes arrêtés il y a trois mois, a démissionné du journal.

Pourtant, RSF a prévenu les autorités. Quelques jours après la publication de son rapport international sur la liberté de la presse à travers le monde dans lequel le Mali est classé 115e sur 180 pays, l’ONG s’était prononcée sur la situation des trois journalistes de Maliactu.net. L’organisation a dénoncé notamment « des arrestations arbitraires, menées par des hommes armés en tenue civile et sans mandat ».

« Il est tout à fait anormal de rester en détention préventive pendant cinq jours pour avoir relayé un communiqué qui concerne une affaire de mœurs. Que se passera-t-il lorsque les journalistes traiteront de sujets encore plus sensibles comme la sécurité intérieure et le terrorisme qui seront abordés lors de la campagne pour l’élection présidentielle ? »

« Aucun journaliste ne devrait se retrouver en détention préventive pour avoir relayé le communiqué d’une association », avait indiqué le responsable du bureau Afrique de l’organisation, Arnaud Froger, au cours d’une conférence de presse tenue à Bamako. Avant de préciser qu’en enlevant les matériels de travail du journal en ligne, les sources des journalistes ne sont plus protégées.

« Nous demandons l’abandon des poursuites contre le directeur de publication de Maliactu.net ainsi que la restitution du matériel. La saisie des téléphones et ordinateurs portables et de tous les codes d’utilisation constitue non seulement une grave atteinte à leur vie privée, mais également à la protection des sources des journalistes », a-t-il insisté, ajoutant : « Nous demandons enfin la levée du contrôle judiciaire pour Salif Diarra. Ce directeur de publication ne peut plus exercer son métier dans des conditions sereines. Sa rédaction vit dans la crainte de nouvelles arrestations et ne sait plus ce qu’elle peut publier sans s’exposer à des représailles ».

Séga Diarrah, un promoteur de Maliactu.net, avait rappelé la nécessité d’une union sacrée entre les professionnels des médias pour défendre la liberté de la presse dans le pays difficilement acquise il y a 27 ans.

« L’arrestation arbitraire de nos trois journalistes est certainement des prémices, un message de mise en garde contre tous les journalistes désireux de travailler en toute liberté », a-t-il expliqué. Selon lui, aujourd’hui, le site Maaliactu.net traverse une période difficile à cause de cette affaire qui a semé la psychose au sein de leur rédaction.

Pour l’heure, le pôle d’avocats constitués pour la défense des trois journalistes, refuse d’entrer dans le fond du dossier. Mais, ils témoignent une violation flagrante de la liberté de la presse dans l’affaire.

S.I. K.   

Le Focus du 15 mai 2018 

No comments

Laisser un commentaire

evenements

mai 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031