Le Bureau de l’Unesco-Mali en partenariat avec le ministère de la Communication et la Maison de la presse a organisé du 20 au 22 novembre 2019 à Mopti, un séminaire de formation des médias sur la sécurité des journalistes, les réportages sensibles aux conflits, les directives éthiques et les réalités migratoires. Pendant trois jours, des journalistes venus de tous bords du Mali ont été outillés sur les techniques de reportage en zone de conflit.

Encadrés par les experts de l’Unesco, de la Minusma et de l’OIM, les journalistes et les experts ont échangé sur les comportements à adopter dans la collecte des informations sensibles, les techniques de reportage en situation de conflits, les bonnes pratiques de la communication en période de crise et le droit des migrants. Cette formation a aussi permis aux journalistes d’acquérir d’autres notions sur les meilleures pratiques dans la représentation des migrants et le respect des règles liées à l’éthique.

Entre sessions plénières et travaux de groupe, les participants ont eu, au terme de la formation, une connaissance approfondie sur les thèmes.

Selon Daniel Moboya, expert de la Minusma, la formation était d’une importance capitale et a été organisée au moment opportun. « Seuls les professionnels des médias peuvent mieux aider à  changer la situation actuelle du Mali, en jouant pleinement leurs rôles dans la collecte et la diffusion des informations, à soutenir et montrer une autres image des FAMa aux citoyens. A la suite de cet atelier, les participants ont été mieux équipés sur les thématiques et en feront un bon usage« , espère-t-il.

Ousmane Fofana, l’un des participants, explique que la formation lui a permis d’avoir une autre vision de la collecte et du traitement des informations et de traitement avec attention des sujets sur la migration. Il précise: « j’ai apprécié cette formation et j’ai beaucoup appris. Désormais je vais pouvoir écrire des articles sur le conflit sans pour autant mettre ma vie et celle des autres en danger. Mes collègues et moi ont tous appris de ce séminaire et nous sommes impatients d’assister à des formations pareilles« . Quant à Alfousseyni Togo, participant : « ce fut un lieu de partage d’histoires inspirantes des migrants qui ont réussi leur réintégration socio-économique après leur retour au pays et un partage d’expérience entre participants et formateurs. Nous allons mettre en pratique cette formation dans nos tâches quotidiennes. Je remercie les initiateurs de ce séminaire« .

La représentante de l’Unesco-Mali, Clarisse Njikam, a confirmé leur accompagnement et leur soutien au gouvernement du Mali dans la mise en œuvre du plan des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

A la fin des travaux, les participants ont formulé des recommandations pour l’amélioration des conditions de travail des journalistes, pour la pérennisation et la mutualisation des formations en lien avec leur sécurité.

Le ministre de la Communication Yaya Sangaré a affirmé la parfaite collaboration de son département avec les médias maliens, la prise en compte des recommandations. Il a aussi remercié les partenaires comme l’Unesco, l’Agence italienne pour la coopération au développement et le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République d’Italie.

Cet atelier entre dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication« , au profit de huit pays d’Afrique dont le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée-Conakry, le Mali, le Niger, le Nigéria et le Sénégal. Au Mali, il est mis en œuvre en collaboration avec le ministère de la Communication, chargé des Relations avec les institutions, porte-parole du gouvernement et la Maison de la Presse.

Hamady Sow (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît