Le secrétaire général de la section de l’administration général (Sag) du Syntade était l’invité de l’émission « Foroba baaro » du groupe Renouveau. Dans son intervention, il est revenu sur son rôle dans la mise en place du Comité syndical de la Caisse malienne de la sécurité sociale (CMSS) et a dénoncé les irrégularités constatées lors de l’organisation du 13e congrès du Syntade.

« Il n’y a pas eu de congrès et le camarade Yacouba Katilé n’a pas été élu et ne peut plus prétendre diriger notre centrale», a déclaré M. Kanté. Selon lui, depuis le mois de mars 2018, Yacouba Katilé, pour s’assurer un deuxième mandat à la tête de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), a « torpillé» les textes du Syntade.

Répondant aux journalistes, M. Kanté a rappelé le contexte difficile dans lequel il a supervisé le renouvellement du comité synidcal de la Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS). « J’avais été mandaté par Katilé lui-même, cela conformément à nos textes et statuts, en compagnie de Bourama Diabaté pour superviser le renouvèlement des différents bureaux de notre section. Nous avons tous fait ensemble, mais malheureusement, Bourama s’est absenté à la mise en place du bureau de la CMSS… On me soupçonnait de soutenir Modibo Yattara. C’est faux, car j’avais la lettre de démission de Tierno M. Thiam que je pouvais monter au cours de la conférence pour le disqualifier. Mais, je ne l’ai pas fait car je ne soutenais personne », a-t-il expliqué.

Concernant la réélection de Yacouba Katilé à la tête du Syntade, M. Kanté a affirmé qu’il ne reconnaissait pas ce bureau. Et pour cause, il y a eu des cas de violations du statut dans l’organisation du 13e congrès. Il a notamment cité les articles 5, 6, 15, 16, 17, 18… relatifs à la convocation du congrès, la désignation des délégués suivant une clef convenue et la convocation du Conseil national qui auraient été violés. Il précise aussi que le nombre de délégués était toujours inconnu, de même que la liste des membres du Conseil national. S’y ajoute le non-respect du délai requis pour communiquer l’ordre du jour qui devait être transmis aux organes un mois à l’avance et les rapports deux mois auparavant. « Aucune de ces dispositions n’a été respectée », dit-il.

« Nous ne sommes nullement dans des querelles de personnes et notre combat n’est pas pour juger ou critiquer le bilan de Katilé à l’UNTM, mais nous veillons au respect des textes et de la démocratie au sein de nos organisations. La lettre de convocation de Katilé pour le 13e congrès date du 5 novembre 2018, alors que le congrès s’est tenu le 22 novembre 2018 », a-t-il déploré. Et d’ajouter : « les 12 comités qui me soutiennent ne sont pas d’accord avec ce bureau illégitime et nous nous réservons le droit de porter l’affaire devant les organes et instances régulièrement compétents pour exiger le droit ».

Le secrétaire général Kanté demande aux autres sections membres du Syntade à les rejoindre dans ce combat qui, jure-t-il, est celui de la promotion de la justice et des valeurs syndicales.

Le Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat (Syntade) est membre de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) qui est composée de treize (13) syndicats nationaux. Il est formé de seize (16) sections dont la Section des administrations générales (Sag) que dirige Khefing Kanté et celle des douanes, que dirige Yacouba Katilé. Cette section, la Sag, est composée de douze (12) Comités syndicaux.

La rédaction

30minutes.net

25 décembre 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît