Le colistier du fils du Président de la République, l’honorable Hady Niangadou émet désormais des doutes sur la capacité de Soumeylou Boubeye Maïga à ramener la paix au Mali. Lors de l’interpellation du PM par les élus de la nationale, le lundi 7 janvier, ce député proche de Karim Keita ne s’est pas gêné à jeter cette phrase à la figure du chef du gouvernement : « nous avions pensé à un moment donné que vous étiez la solution « .

Considéré jusque-là par une bonne partie de l’opinion nationale et internationale comme l’homme qu’il faut pour endiguer l’insécurité au Mali et ramener la paix, Soumeylou Boubeye Maïga perd de plus en plus la confiance de ses compatriotes. Interpellé par l’Assemblée nationale, le lundi 7 janvier, pour s’expliquer sur la situation sécuritaire au centre après le massacre de 37 personnes dans un village peulh dans la région de Mopti.

Les élus de la nation n’ont pas été tendres avec le  » Herisson « , comme lui-même se fait appelé.

Après les critiques acerbes de l’honorable Belco Bah, député de la majorité présidentielle, dénonçant la complaisance du gouvernement face à certaines milices, l’honorable Hady Niangadou, député proche du fils du Président de la République a pris la parole, pour enfoncer le clou, en interpellation directement Soumeylou Boubeye Maïga sur sa capacité à ramener la paix au centre. « Est-ce que vous êtes désormais capable de désarmer les Dozos et sécuriser les maliens ? M. le Premier ministre, nous avions pensé à un moment donné que vous étiez la solution, parce que vous avez pu organiser les élections « , a lancé le colistier de Karim Keïta, fils du Président de la République. Avant d’ajouter que le besoin de la sécurité se pose avec acuité. « Les Maliens veulent entendre que nous sommes sécurisés. On ne veut rien d’autre que la paix. En 2012, on ne parlait que du nord.  Aujourd’hui, pour aller au nord, il faut que les étrangers nous accompagnent comme la Minusma. J’espère que demain pour aller au centre, ça ne sera pas Barkane qui va nous accompagner ? C’est votre responsabilité d’amener les Dogons et les peuls à la cohabitation « , a assené l’honorable Hady Niangadou. Une sortie jugée musclée qui montre toute la délicatesse de la gestion du conflit dans le centre et qui divise au sein même de la majorité présidentielle. 

Oumar B. Sidibé

L’Indicateur du Renouveau du 15 janvier 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît