La salle des banquets du Palais de Koulouba a abrité hier la Rentrée économique du Mali. Placée sous la présidence du président de la République, Ibrahim B. Keita, cette édition a pour thème : “La préservation et le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires au Mali”, occasion pour le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) de demander aux autorités de lutter contre l’insécurité juridique et judiciaire pour l’essor du monde des affaires.

Pour garantir la sécurité juridique et judiciaire des activités économiques et restaurer la confiance des investisseurs au Mali, le CNPM a décidé de mener une lutte implacable contre le système. En la faveur du lancement officiel de la 3e édition de la rentrée économique, le président de la faitière, Mamadou Sinsy Coulibaly, a dressé un tableau plutôt « sombre » du climat des Affaires. Ce qui, selon lui, constitue “un véritable frein au business et un handicap qui ne rassure ni les investisseurs étrangers encore moins les acteurs économiques locaux”. A l’en croire, malgré les indicateurs macro-économiques encouragent et le bon classement du Mali dans le doing-busines, les acteurs tardent à atteindre leur objectif. Et cela s’explique, en partie, par l’insécurité juridique et judicaire. “Le CNPM situe son intervention au-delà du simple diagnostic et propose des reformes parmi lesquels il incite les acteurs étatiques à mettre en œuvre des réformes nécessaires pour attirer les investisseurs et motiver les acteurs nationaux“.

Après avoir salué les efforts du président IBK et son gouvernement dans le processus de réformes enclenché depuis quelques mois, le CNPM a proposé 11 nouvelles reformes capables « de mieux sécuriser » le climat juridique des affaires. Parmi ces réformes, il y a la mise en place d’un mécanisme de concertation entre les représentants du secteur privé et les cabinets ministériels dans la rédaction des projets de textes à caractère économique, le renforcement des capacités des agents de l’administration publique, la prévention, dans le cadre du projet de reformes constitutionnelles et de création du sénat, des projets pour les représentants du secteur privé dans la chambre haute. Aussi, le CNPM insiste sur l’instauration d’une procédure de dénonciation auprès des organes de poursuites et des parquets, des actes et faits illégaux, etc.

Engagé à accompagner le monde des affaires, le président IBK a promis son soutien au CNPM. IBK a incité les opérateurs économiques locaux à travailler plus sur la qualité. Il a également donné quitus au gouvernement pour mieux assainir le climat des affaires, attirer plus d’investisseurs internationaux et motiver les locaux.

La rentrée a été l’occasion pour le Mali et la Chine de signer le protocole d’accord d’adhésion à la zone économique “La ceinture et la route” encore appelée “Nouvelle route de la soie”.

Sory I. Konaté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît