« On se débrouille pour un meilleur Mali« , c’est le nom du nouveau projet qui vient d’être lancé à Bamako pour contribuer à la lutte contre l’extrémisme violent et au renforcement à la résilience inclusive des jeunes dans les régions du centre et au nord. L’Union des radios et Télévisions libres du Mali (Urtel) et Kunafoni.com avec le soutien de l’ONG Free Press Unlimited ont partagé avec la presse, ce dimanche, ses objectifs.

Permettre aux jeunes maliens, filles et garçons, de participer de manière inclusive et active au débat public. C’est l’objectif principal que se fixe le projet système DM « on se débrouille pour un meilleur Mali« .

Les initiateurs comptent relever ce pari à travers l’organisation de nombreux espaces d’échanges entre jeunes sur des questions d’actualité à la radio et sur les réseaux sociaux. 

Financé à hauteur de 449 626 Euro par la Coopération belge et le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, le projet système DM s’inscrit dans le cadre du partenariat entre l`Union des radios et Télévisions libres du Mali et l’ONG néerlandaise Free PressUnlimited.

Selon le président de l’Urtel, Bandiougou Danté, il vise à favoriser l’expression plurielle et à amener les jeunes maliens à avoir un discours pour la paix, la réconciliation, et « s’opposer au radicalisme« 

 « On se débrouille pour un meilleur Mali«  prévoit aussi d’apporter d’autres innovations. Selon le chef de projet Mohamed Salaha, « le slam, l’humour, le rap sont des ingrédients qui seront ajoutés pour l’atteinte facile des cibles que sont les jeunes. L’ambition est de toucher plus de 500 jeunes pendant deux ans« .

 Il est prévu la réalisation de 104 émissions hebdomadaires en Bambara, Sonrhaï et peul. Ces productions seront réalisées par des jeunes journalistes formés et diffusées par 24 radios locales à Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao. Pour les conférenciers, les émissions seront de même discutées sur les réseaux sociaux. Une compilation vidéo des nouvelles rappées seront diffusées par Kunafoni.com pour un large public, expliquent-t-ils.

Sur le choix des radios, le chef de projet a précisé qu’il a été fait à la suite d’une sélection rigoureuse facilitée par Urtel.

A ce jour « toutes les conditions permettant la réussite du projet sont réunies« , affirme le président de l’Urtel, Bandiougou Danté. La cérémonie de lancement a enregistré la présence de S.E Jolke Oppewal, ambassadeur des Pays-Bas au Mali, le premier secrétaire de l’ambassade de la Belgique au Mali, Fréderic Ceuppens.

En prélude du lancement, des journalistes de l’Urtel du Nord et du centre ont suivi une série de formations en réalisations des émissions radiophoniques et en tournage et montage vidéo mobile.

 Une remise des équipements de travail aux différentes radios locales sélectionnées a mis fin à la cérémonie.

Kadiatou Mouyi Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît