La mort vient de frapper la communauté musulmane de Cuba avec la disparition de notre frère, bien aimé, notre ami, notre coreligionnaire, l’imam Yéhiya Pédro, président de la Ligue islamique de la Havane, arraché à l’affection de tous le mardi 7 avril.

Yehiya Pedro Lazo Torres était un Homme de foi qui a consacré toute sa vie à la cause de l’islam. Sa simplicité, son humanisme, son amour envers ses coreligionnaires étaient connus de tous. L’imam Yehiya fut une grande personnalité estimée, admirée et considéré par toute la communauté musulmane de Cuba. La communauté malienne à Cuba qui a bien connu l’Homme, a été profondément attristée par sa disparition.

« J’ai appris avec consternation le décès de l’imam Yehiya Pédro. Je transmets mes condoléances émues à tous nos coreligionnaires. Je joins mes prières aux vôtres pour le repos de l’âme du disparu… « , s’est exprimé SEM Abdoul Kader Touré, ancien ambassadeur du Mali à la Havane et actuellement ambassadeur du Mali au Ghana dès l’annonce de la mort de Yehiya.

M. Oumar Traoré des Affaires étrangères, ancien conseiller culturel à l’Ambassade du Mali à Cuba qui a profondément aimé l’imam, qui fit le baptême de sa cinquième fille née à la Havane a ajouté :   « Dieu a donné, Dieu a repris. Que le nom de Dieu soit dit dans les siècles des siècles ! Ainsi, il a arraché à notre affection, notre imam, notre père, notre frère, notre ami ».

L’imam Yehiya fut pour tous un père, un frère, un ami au pays de Fidel Castro.

C’est un homme de Dieu, un homme de Bon, aimant et aidant toujours son prochain, qui s’en est allé. En laissant à la communauté un souvenir inoubliable du « vagabond de la charité ». Toujours disponible et utile pour les autres. « Mission accomplie imam Yehia au service de Dieu et de son envoyé, le Prophète Mohammed PSL, au service de l’humanité sur les terres chaudes, humides et nourricières des Caraïbes. Merci ! Que Dieu le Tout Puissant et Miséricordieux, t’accueille au Paradis ! « .

Je me souviens bien des échanges que j’ai maintes fois eus avec Yehiya au cours desquels il me racontait les difficultés et les obstacles que lui et ses amis avaient rencontrés dans le cadre de la promotion de l’islam à Cuba. Ils avaient été l’objet de menaces, de brimades, de persécution et de répressions chaque fois qu’ils se réunissaient sur des espaces, les lieus publics ou dans des vieilles maisons pour prier.

Dieu en soit loué, aujourd’hui tout ceci reste un triste souvenir.

Dors en paix cher imam !

Moussa Soro Sy

Journaliste, Conseiller Culturel ambassade du Mali à La Havane, Cuba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît