Depuis trois ans, l’association Jeunesse’arts organise une école de slam pendant la période des vacances. Jeudi dernier, le ton de la troisième édition a été donné à travers le casting de sélection des 20 futurs élèves slameurs.

Au total 103 jeunes ont postulé pour seulement 20 places. Après cette étape, les lauréats  suivront une formation intense d’un mois. Comme tout école, “l’école de slam” a aussi des matières spécifiques dont la science du langage, la langue (français et bambara), le slam (genèse et évolution), la communication et lʼart oratoire. “Ce n’est pas seulement en slam que les jeunes seront formés. Ils auront une formation sur la notion de citoyenneté́ aussi”, explique Amadou Baba Sissoko alias H2O, formateur.

“L’école de slam” est une école totalement indépendante et gratuite. La formation est assurée par les initiateurs du projet : Amadou Baba Sissoko (H2O), Sory Diakité́ (Saccharose buccal), Aminata Simpara (Amée) et Aboubacar Goro (Secret sacré sucré). “L’école a pour objectif de former les ambitionnés du slam pour qu’ils puissent se perfectionner dans ce domaine et avoir la chance de réaliser leurs rêves de devenir des grands slameurs”, indique Saccharose.

Le slam est apparu au Mali en 2006. L’association Jeunesse’Arts est la seule association africaine qui regroupe le plus grand nombre de slameur sur le continent. Elle a plusieurs programmes ayant pour objectif de promouvoir le slam au Mali. Depuis sa création, elle attire les meilleurs élèves vers l’écriture, les lettres et les textes.Avec “l’école de slam”, elle forme ces jeunes dans le slam et facilite leur intégration dans l’univers des slameurs.

Hamady Sow

(Stagiaire)

30minutes.net

Le 15 août 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît