Alors que l’on croyait que c’est la fin des relations entre les autorités du Burkina et les ex-rebelles du Nord-Mali, voilà une boutade du général Gilbert Diendéré à la barre, dans la matinée du vendredi 7 décembre 2018 en référence aux arguments d’un avocat qui faisait remarquer que ce n’est pas le RSP seul qui assurait la sécurité du pays : « Je n’ai pas souvenance qu’ils (les terroristes) ont attaqué et ont été repoussés par le RSP ».

Au contraire, continuera-t-il, c’est à Ouagadougou que les terroristes étaient accueillis « et on allait libérer des otages qui étaient dans leurs mains ». Comme toute réponse, le général a apporté une précision. »Ceux qui venaient ici, expliquera-t-il, n’étaient pas des jihadistes. Et aujourd’hui, ils sont toujours reçus à Kossyam. Si les jihadistes les gagnent,ils vont les bouffer ». Enfin, le général Diendéré a déclaré ceci : »Les jihadistes, je suis allé cinq fois là-bas pour sortir des otages.C’était dans un but humanitaire ».

Ce que l’on peut bien retenir de ses propos, les ex-rebelles -que certains burkinabés confondent avec les terroristes qui attaquent le pays- sont toujours accueillis au palais présidentiel et que la fin du deal n’est pas pour demain.

pub

DAK    

L’Indicateur du renouveau du 10 décembre 2018

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît