Face aux multiples fronts qui se présentent à lui, le président de la République a besoin hommes et des femmes capables d’aller au charbon, ce qui est rare, sinon rarissime de nos jours.

Le président Ibrahim Boubacar Kéita a du mal à mettre en œuvre son projet de société. A l’entame de son dernier mandat, il a besoin d’hommes et de femmes qui savent se battre face à l’adversité et à se mettre au travail.

Par moments, le premier mandat a été marqué par des actions de certains de ses collaborateurs qui jurent d’avec les nobles ambitions du président Kéita pour le pays. Des exemples ne manquent pas pour démontrer la course effrénée à l’enrichissement de certains anciens ministres.

Alors que le président faisait face à une opposition qui ne rate aucune occasion pour moquer ses actions, des membres de son gouvernement travaillaient plutôt à soigner leur propre image. Une telle attitude a eu pour conséquence de nombreux mensonges véhiculés tout au long du premier mandat.

Pour corriger cette image, il a fallu que lors de la compagne présidentielle le président soit obligé de prendre son bâton de pèlerin. Sans intermédiaire, il s’est adressé à son peuple qui a fini par comprendre les nombreuses et bonnes actions menées durant son premier quinquennat.

Des actions suffisantes pour inverser la tendance et rassurer les populations sur les efforts en cours et les enjeux du Mali d’aujourd’hui. Mais, aujourd’hui encore certains de ses proches et collaborateurs notamment dans le gouvernement ne sont pas aptes à porter haut le projet de société du chef de l’Etat.

Face à la multitude des priorités, des ministres de la République brillent par leur absence. Sur le terrain, ils sont rares à mouiller le maillot. Pour mener à bien l’action gouvernementale et surtout trouver des solutions aux difficultés du moment, le plus souvent c’est le Premier ministre qui va au charbon.

Sur les sujets qui font débats, l’amer constat est l’absence de solidarité gouvernementale qui en la matière est la règle. Le dernier acte qui démontre que le président Kéita a besoin d’hommes d’action, c’est la question de l’enseignement de l‘éducation sexuelle complète. Dans ce dossier, le Premier ministre et le ministre de l’Education nationale, Pr. Abinou Témé, sont les seuls sur les charbons ardents.

Pour réussir sa mission, il est impératif pour IBK s’entourer des hommes et femmes sincères. A ce jour, l’oiseau rare est à rechercher pour réaliser cet idéal.

F. T.

Le Focus du 24 décembre 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît