L’Unité Universitaire à Bamako de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO-UUBa) a co-organisé le jeudi une journée de philosophie à Samaya. Les philosophes en herbe de l’UCAO-UUBA et ceux de l’Université étatique de Kabala ont été édifiés par des conférenciers venus des deux Universités sur le thème « Savoir et agir au service de la paix. »

La célébration de cette journée de philosophie a été mise a profit par les deux Universités pour réfléchir sur l’éducation à la paix et la culture de la paix à l’endroit de leurs étudiants. La célébration de la journée de philosophie de cette année intervient donc à Samaya où l’UCAO-UUBa a sa Faculté de Philosophie, après celle de l’an passé tenue  à l’Université de Kabala sur la « Culture de la paix dans l’esprit des Hommes et des Femmes. »

Dans son intervention, le Doyen de la Faculté de philosophie de l’UCAO-UUBa a indiqué que la philosophie, comme la théologie sont des disciplines qui encouragent la pensée critique et indépendante, à même d’œuvrer pour une meilleure compréhension du monde et de promouvoir la tolérance et la paix. « La soif de la paix nous tient donc tous. », a fait savoir Dr Robert Cissé.

Pour mieux édifier les étudiants venus nombreux à cette journée internationale de philosophie, les conférenciers étaient à la fois des philosophes et théologien. Ainsi, la communication de Dr Thérèse Samaké, a porté sur « la Philosophie de l’humanitude, paravent contre l’extrémisme violent: l’autre aussi est humain. » 

Après avoir pointé du doigt  les causes de l’extrémisme violent, l’enseignante-chercheure  a aussi ajouté que la justice sociale peut beaucoup y remédier afin d’assurer un développement durable. C’est-à-dire que chacun se sente égal à l’autre. A ses dires l’humanitude consiste à prendre conscience de son existence et de celle des autres sans aucun sentiment de supériorité  à l’autre ni à sa religion encore moins à sa race. A l’entendre parler, le choix de cibler les étudiants n’est pas fortuit. « Les enseignants sont mieux placés que les politiques pour prévenir la radicalisation et assurer la médiation car ils connaissent mieux les jeunes (qui sont les proies faciles) et peuvent les influencer par leurs capacités pédagogiques innovantes et adaptées aux besoins », a-t-elle expliqué.

Pour le théologien Léopold Diendiéré, l’éducation à la paix est aujourd’hui plus que jamais urgente. De ce fait, l’Abbé, professeur de théologie au grand Séminaire Saint Augustin de Samaya a rappelé que l’Eglise a toujours enseigné et enseigne encore aujourd’hui la paix

Au cours de cette journée internationale de philosophie, plusieurs autres conférenciers ont intervenu dont Dr Sigame Maïga et Dr Augustin Bomba qui ont respectivement communiqué sur « Les principes universels du droit de l’homme et de la paix selon Emmanuel Kant » et « L’éducation de l’humanisme chez Jean Jacques Rousseau: condition de la possibilité de paix et de respect des droits de l’homme dans la prévention contre l’extrémisme violent au Mali ».

C’était également en présence du président de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest -Unité Universitaire à Bamako de (UCAO-UUBa), Pr Clément Lonah.

Alassane Cissouma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît