Camarades militants du parti Adema-PASJ, chers parents et amis,

Depuis plus de deux décennies notre classe politique ne s’est presque pas renouvelée. Depuis plus de deux décennies ce sont toujours les mêmes visages, les mêmes personnes qui savent tout, qui peuvent tout et qui se changent les postes de responsabilité donnant ainsi l’impression qu’il n’y a de capables qu’eux, qu’il n’y a de compétences qu’eux  et qu’il n’y a de patriotes qu’eux. 

Or, on le sait, depuis plus de deux décennies, les attentes de notre peuple en matière de changement demeurent déçues. Aussi nous paraît-il nécessaire de renouveler, le plus tôt possible, notre classe politique, tout comme notre mode de pensée. Ce besoin de changement et de renouvellement ne signifie pas que ceux qui animent la scène politique depuis des années sont tous vieux et hors-âge, mais qu’il y a nécessité à injecter du sang neuf dans ce corps malade qu’est devenu l’univers politique de notre pays. Ce renouvellement servira à enrichir et à relancer la chaîne des compétences avec la promotion de nouveaux visages. Rénover constamment la classe politique est une exigence de la démocratie, respecter un tel principe pourrait satisfaire l’exigence d’alternance au sommet de l’Etat.

Pour changer le Mali, il faut d’abord changer le parti et ses militants, et si l’Adéma-PASJ change, le Mali changera, parce que notre parti est une vraie force politique reconnue dans le pays et, cela, depuis les premières années de l’ère démocratique. Nous voudrions donc être les précurseurs de cet élan de modernisation, de ce désir de changement au sein de l’Adéma-PASJ. C’est pourquoi nous vous prions, camarades militants, d’accepter la candidature du camarade ministre, Yaya Sangaré, au poste de président de notre grand parti. Nous demeurons convaincus que, en ce moment où notre pays a besoin de formations politiques fortes et ambitieuses dont les aspirations reflètent les intérêts supérieurs de notre nation, le besoin de faire émerger un acteur politique nouveau s’impose à plus d’un titre.

Le parti Adema-PASJ et le Mali ont besoin d’hommes nouveaux et engagés. Le Camarade Yaya Sangaré, militant convaincu de la section de Yanfolila, ne manque ni de fraîcheur ni d’engagement en faveur de l’Adéma-PASJ et du Mali. Nous sommes sûrs qu’il pourra reconstruire notre parti et l’orienter vers les aspirations profondes de notre peuple et de notre système démocratique. Le camarade Yaya Sangaré a la carrure d’un chef et la vision d’un guide. Il est de ceux qui, en peu de temps, savent imprimer leur empreinte sur tout ce qu’ils touchent. Il saura, assurément, répondre au besoin de transformation profonde du parti. Sa prestance lui taille une place de choix dans le gotha politique ; sa détermination et sa perspicacité fondent sa différence d’avec ses pairs dont la plupart ne servent qu’à animer les galeries sur la scène politique. Il a du cran ; son parcours de militant est édifiant et éloquent. Sa probité et sa rigueur morales le protégeant de tout scandale financier, sa priorité sera de proposer une autre manière de faire la politique et de privilégier, avec l’aide des camarades membres de la direction du parti, les droits des militants et des citoyens. Il a un peu d’Alpha Oumar Konaré, un peu d’Ali Nouhoum Diallo, un peu de Dioncounda Traoré… Il incarne la constance, la cohérence et la fidélité au Parti. Le désir de changement est vif et très largement partagé dans notre pays. Il faut y aller maintenant.

Ce que nous recherchons, c’est de confier le parti à des mains plus avisées, plus courageuses, surtout en cette période où des défis saillants étranglent notre pays et qui sont, entre autres, le retour immédiat de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, la mise en place, par l’organisation d’élections transparentes et crédibles, d’un État légitime, fort et doté d’organes décisionnels justes. Tel est le mandat confié au Gouvernement de transition, par la Charte nationale légitimée par notre peuple.

S’il est élu Président de l’Adema-PASJ, le camarade Yaya Sangaré veillera, avec ses camarades, à élargir la base politique, électorale et sociale du parti. Car, seuls, nos efforts risquent d’être voués à l’échec. Seuls les grands rassemblements permettent l’accomplissement du destin de notre nation, le Mali.

Si la classe politique est décriée aujourd’hui, c’est parce qu’elle a étalé son incapacité à tirer le pays du bourbier.  Nos aînés au sein de la classe politique ont, certes, fait ce qu’ils pouvaient, mais, la situation des Maliens demeure inchangée. Du coup, l’exaspération est là, poignante, palpable sans, cependant, réussir à disqualifier l’espérance annonçant des lendemains meilleurs.

Le camarade Yaya Sangaré peut y répondre en réformant profondément cette image négative de la classe politique.

Il revient à notre parti de mettre en avant le bilan de son double exercice du pouvoir d’Etat de 1992-2002. Il devra reprendre sa place dans la gestion des affaires publiques. Le camarade Yaya Sangaré s’emploiera à reconquérir cette place de parti-phare pour l’Adema-PASJ. Il s’évertue à faire du parti, la boussole de notre démocratie. Avec vous.

Voilà pourquoi, Camarades, nous vous soumettons, en toute modestie, sa candidature pour le poste de président de l’Adema-PASJ. La présidence de Yaya Sangaré rendra le parti plus visible, plus réconcilié avec ses militants et sympathisants ; elle redorera aussi le blason des politiques.

S’il est élu à la tête de l’Adema-PASJ, le camarade Yaya Sangaré soignera cette image de parti pénalisé par le manque d’un leader ouvert, compétent et pragmatique, de parti miné par le doute et la peur, affaibli par des préjugés ou des stéréotypes et impuissant à maîtriser son destin. Déterminé, obnubilé par la réussite, notre candidat s’engagera résolument à poursuivre le redressement voire la reconstruction du parti, confiant en ses militants qu’il aidera à reprendre leur destin en main. Il guidera le parti vers le changement tant réclamé, tout en lui évitant de perdre son âme et de se compromettre.

Voilà pourquoi nous en appelons au rassemblement et à la mobilisation de tous les militants, au-delà des considérations personnelles, pour aider à sortir le Mali de l’occupation jihadiste et pour faire face aux difficiles joutes électorales qui se profilent à l’horizon. Nous en appelons au patriotisme de tous et de toutes, nous en appelons à l’engagement de tous ceux qui refusent la soumission à la puissance de l’argent.

Notre classe politique, depuis plusieurs années, a provoqué des frustrations et des humiliations. Il est temps que nous nous prenions en charge en confiant notre destin aux gens valables, sensibles à nos souffrances, partageant nos joies et nos peines, vivant avec nous et parmi nous. L’Adéma-PASJ mérite, plus que jamais, un président ouvert, disponible, un président qui soit à l’écoute des militants, qui soit prêt à les entendre et à considérer leur point de vue. Un président qui a une base électorale, qui s’est frotté à la dure épreuve des urnes et qui suscite de l’espoir.

Investi de la confiance des militants, le camarade Yaya Sangaré saura privilégier la gestion saine du parti fondée sur la probité morale, il prônait la transparence et le dialogue.

Aujourd’hui, l’Etat est peu présent là où l’on a le plus besoin de lui et envahissant ailleurs où il renforce, sans raison, les procédures et la bureaucratie. Il est timide à certains endroits alors qu’il devrait y jouer son rôle d’entraînement, et absent là où il devrait être présent, réactif, à l’écoute. L’actuel gouvernement se trompe souvent parce qu’il décide seul. Avec le camarade Yaya Sangaré comme président, l’Adema-PASJ saura accompagner avec bienveillance les autorités du pays et leur parler avec fermeté et responsabilité. Les positions du parti sur les questions essentielles seront clairement exprimées avec, comme boussole, la prise en compte des préoccupations du peuple.

S’il est élu président de notre parti, le camarade Yaya Sangaré s’engagera à poursuivre les bonnes actions initiées par ses prédécesseurs en s’appuyant sur leurs expériences positives. Nous créerons, autour de lui, un cadre de concertation efficace et permanent avec les forces vives du pays (religieux, notabilités, jeunes, forces armées et de sécurité, organisations de la société civile, différents corps de métier, etc.) qui défendent les intérêts de leur corporation sans crispation ni arrogance, en recherchant toujours des compromis dynamiques et des solutions meilleures pour tous les Maliens.

A tous les militants déterminés à sauver l’Adema-PASJ, nous lançons le présent appel, afin qu’ils acceptent et fassent accepter notre présente offre de candidature à la présidence du parti, pour un changement serein et garanti. Nous les invitons à adhérer à notre offre, et à faire leur, notre ambition de renouveler la classe dirigeante de l’Adéma-PASJ et du Mali. N’écoutez surtout plus ceux-là qui n’ont d’arguments que d’opposer les générations.

Notre génération est porteuse d’un message d’audace, de changement, de transparence et de probité morale. Nous sommes des abeilles, nous sommes faits pour travailler en équipe, notre collaboration est basée sur l’organisation et la méthode. Les actions que nous allons entreprendre avec nos camarades de l’intérieur et de la diaspora, seront d’une qualité semblable à celle du miel. La solidarité et le sens du partage seront notre credo.

Nous œuvrerons, sous la présidence du camarade Yaya Sangaré, à améliorer la perception, par le peuple, de l’Adema-PASJ et de l’homme politique malien.

« Nul vainqueur ne croit au hasard » (Friedrich Nietzsche)

Vive la République ! Vive la Démocratie ! Vive l’Adema-PASJ ! Que Dieu bénisse le Mali !

Bamako, 20 septembre 2021

Le Collectif de Soutien à la Candidature du Camarade Yaya Sangaré à la Présidence de l’Adema-PASJ (Cosca-Yaya Sangaré)

Le Porte-parole

Seydou Doumbia 

(Secrétaire a la Communication de la section 6 de l’Adema-PASJ)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît