Selon le président de la Fédération de golf de Côte d’Ivoire (FGCI), Emmanuel Koffi, la tenue de la 21e édition du golf à Yamoussoukro avait un double objectif : relancer la pratique du golf dans la ville et promouvoir le tourisme sportif. Grâce à l’open, il veut désormais promouvoir le golf ivoirien afin qu’il retrouve ses lettres de noblesse. 

Mali Tribune : Quel est le sentiment qui vous anime ?

Emmanuel Koffi : Je suis un président très heureux après cette 21e édition. Nous avons eu une année d’intermède à cause de Covid. Nous avons eu certaines craintes que les gens ne viennent pas, mais nous avons été surpris de la qualité et du nombre des participants. Il y a eu au total 22 Etats qui ont participé à l’Open. Aussi, notre satisfaction vient de celle des participants qui ont apprécié le parcours et l’organisation.

Mali Tribune : Quel est votre bilan ?

E. K. : C’est un bilan positif parce que le parcours a été rénové et mis à un niveau standard agréé par tous les pros. Nous sommes donc fiers d’avoir ce parcours que nous allons entretenir désormais. Coté participation ivoirienne, nous sommes aussi heureux. Mais nous tenons à rappeler que nous avons mis en place une académie de Golf dans chaque ville ivoirienne où il y a un parcours de Golf notamment à Abidjan, Yamoussoukro, Dimbokro, à Assinie, etc. L’objectif est d’initier et de former beaucoup de jeunes surtout les femmes au golf. Nous avons perdu beaucoup de parcours avec la situation que le pays a traversé. Nous sommes en train de les réhabiliter progressivement. Le manque d’entrainement a fait que nos athlètes n’ont pas eu des places honorables à cet open. Mais à l’avenir nous allons initier beaucoup des compétitions pour que les ivoiriens soient en jambe pour monter sur la plus haute marche du podium. 

Mali Tribune : Compter vous délocaliser définitivement l’open ici à Yamoussoukro ?

M. Koffi : Pas définitivement, mais donner plus d’opportunité à Yamoussoukro à cause de son parcours. Il faut reconnaitre que ce parcours est vallonné et plus technique que celui d’Abidjan. Peut-être qu’on le fera en alternance, une à Yamoussoukro et une à Abidjan. Mais nous allons vraiment privilégier Yamoussoukro qui est la source et le domaine de l’open en Côte d’Ivoire.

Mali Tribune : Quel a été l’apport d’African Golf Tour à cet open ?

M. K. : L’AGT nous a énormément aidé en conseil, en administration de cet open et offert tous les drapeaux du parcours. Ils ont également offert 1200 balles de golf au Comité sportif de Yamoussoukro. L’AGT est très utile pour le développement du Golf en Afrique. On félicite cet apport fructueux important pour l’essor du golf sur le continent.

Mali Tribune : Un message à l’endroit des amoureux du golf ?

M. K. : J’invite tous les Ivoiriens et les Africains à s’intéresser au golf. C’est une discipline passionnante qui développe le mental, l’humilité et la persévérance. C’est aussi bon pour les personnes du 3e âge. Ça leur permet d’avoir une occupation saine. J’aimerais que tous les Africains viennent dans cette discipline importante pour le développement de l’homme. Coté open, je tire un grand chapeau aux amoureux du golf. Ils ont effectué un long déplacement pour venir rehausser l’image de cet open. Ils sont venus d’un peu partout. Merci beaucoup. Beaucoup d’Ivoiriens ont aussi effectué le déplacement sur Yamoussoukro pour honorer la fédération. 

Propos recueillis par

Abdoul Karim Konaté

Envoyé spécial à Yamoussoukro

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît