Dans une lettre circulaire publiée le 2 février 2021, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a accepté d’observer une pause de grèves répétitives pour permettre l’aboutissement des négociations avec le gouvernement. Cependant elle n’écarte pas d’observer un nouveau préavis de grève.

L’objectif de cette réserve de l’UNTM est de mener à bon port les négociations, notamment sans une pression de préavis de grève ou d’autres actes ou paroles pouvant influencer les discussions entre elle et le gouvernement. 

Toutefois, dans sa lettre circulaire, la Centrale syndicale laisse entendre que la partie gouvernementale semblant être pressée de la signature de l’accord, a donc signé un procès-verbal alors que rien ne permet d’attester ce document car ils pensent que le patronat n’y a pas apposé sa signature. Les remarques qu’avait faites l’UNTM à la dernière minute sont liées à des changements de formulations, de délai et d’absence de dates précises, qui selon elle, ont rendu ce texte méconnaissable à des négociateurs.

Aux dires de l’UNTM, ce sont ces points d’insuffisances et inappropriés ne garantissant pas aux travailleurs la mise en place correcte de l’accord qui ont finalement motivé la non signature de la centrale.

La Bourse du travail (siège de l’UNTM) dit informer le public qu’un « nouveau préavis de grève dure n’est plus à exclure ».

Dans sa lettre, l’UNTM doute encore de la disponibilité de l’Etat de mettre en place des mesures d’éradication des inégalités, de discrimination, du respect de l’accord signé en 2019 par rapport au recrutement de 8600 jeunes diplômés par an pendant 3 ans. Cependant elle plaide le recrutement de 20 000 diplômés pour que ce point d’accord soit atteint. En outre, elle remet en question la reprise du chemin de fer en 2021. Autant de points de revendications qui sont remis en cause par l’UNTM.

La centrale affirme par ailleurs que le gouvernement a refusé d’inclure les remarques de son Secrétaire général, e Yacouba Katilé portant sur certaines insuffisances dans le texte. 

Il faut rappeler que l’UNTM a entamé sa grève de 72 heures du 18 au 20 novembre 2020 et une seconde grève de 5 jours du 14 au 18 décembre 2020.

Ainsi ses négociations entre l’UNTM et le gouvernement ont eu lieu du 21 décembre 2020 au 21 janvier 2021. 

Les points culminants ont fait l’objet d’un accord sauf qu’à la dernière minute de nouvelles suggestions ont surgi et qui ont remis la signature du procès-verbal aux calendes grecques. 

Fatoumata Kané

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît