La Mission d’Observation des Elections (Modèle Mali) a organisé une conférence de presse le mercredi 4 août 2021, à la Maison de la presse pour parler du processus électoral durant la transition. Modèle Mali invite les autorités de la transition à tenir compte du délai restant de la transition qui est de 8 mois.

Modèle Mali est le dispositif d’observation électorale mis en place par la synergie 22, comprenant 43 organisations de la société civile malienne, composée de l’Observatoire pour les Elections et la Bonne Gouvernance au Mali, de l’Ajcad, de Doniblog, du consortium ELE-Citoyenneté droits humains inclusifs et de Tuwindi.

Selon Dr. Ibrahim Sangho, membre de Modèle Mali, ils ont suivi avec intérêt l’adoption du Plan d’Actions du Gouvernement (Pag) 2021-2022 par le Conseil national de Transition.

À l’égard du discours tenu par le Premier ministre sur l’organisation des élections générales, la Modèle Mali a attiré l’attention du gouvernement sur la faisabilité du chronogramme publié en avril 2021. Ce chronogramme qui concerne la tenue du scrutin référendaire le dimanche 31 octobre 2021, l’élection des conseillers des collectivités le dimanche 26 décembre 2021, l’élection couplée du Président de la République et des députés à l’Assemblée nationale le dimanche 27 février 2022, et les seconds tours, le cas échéant, respectivement le dimanche 13 mars 2022 et le dimanche 20 mars 2022. 

Dr. Sangho a estimé qu’il y a un retard accumulé sur ces délais, et que pour que la transition arrive à organiser une élection transparente dans les délais, il faut pour un début revoir le processus de relecture des textes relatifs aux élections au Mali au vu de l’organe unique qui sera mis en place ; l’établissement de listes électorales actualisées et l’enregistrement des électeurs.

Modèle Mali dans son souci de contribuer à des élections apaisées, crédibles, transparentes et inclusives, attire également l’attention sur les incohérences qu’ils ont relevées dans le Pag du gouvernement. Entre autres des attributions des acteurs institutionnels impliqués dans l’organisation et la gestion du processus électoral. Il en est de même de l’organe unique de gestion des élections dont la création et les attributions ne sont pas clairement définies.

Au vu de tous ces constats, la Modèle Mali a fait quelques recommandations aux autorités de la transition qui sont entre autres, qu’un chronogramme clair, précis et réaliste soit publié pour définir la période des réformes et celle des élections nécessaires de fin de transition ; que les rôles des acteurs institutionnels et de l’organe unique de gestion des élections soient clairement définis et largement partagés ; que la publication en ligne des résultats des scrutins par centres et bureaux de vote, au fur et à mesure de la proclamation des résultats, soit intégrée dans la loi électorale.

Zeïnabou Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît