A Niamakoro Cité unicef, la route quittant la route principale de l’avenue de l’OUA passant par la devanture de la Cité unicef et menant à Niamakoro côcô est dans un état plus que désastreux.

En passant devant la « Cité des Enfants », avant d’arriver aux feux tricolores séparant les deux Niamakoro, les usagers de cette voie traversent un vrai parcours de combattant. 

Pour pouvoir circuler, les usagers font le choix entre les nids de poules et les trous pour ne pas dire les fossés. D’autres préfèrent tout simplement quitter la route et rouler sur les accotements, toute chose qui créée un désagrément pour les piétons. Les conséquences de l’état de dégradation de la route sont énormes avec son lot de pannes et d’accidents parfois mortels. 

Là où il est possible de circuler, c’est le sable qui s’invite rendant difficile la circulation.  Sur le long dudit axe, les commerçants détaillants qui s’y trouvent, les piétons ne cessent de se plaindre. Un tenant d’une station d’essence exprime son amertume. ‘’Certains accidents nous causes des dégâts importants. , Parfois, c’est toutes mes marchandises qui sont détruites par les accidents ». Ce dernierne cesse d’exprimer son mécontentement quant à l’état désastreux de la route, mais aussi des pertes matérielles qu’il subit.  

Selon un jeune du quartier, ils ont plusieurs fois essayés de réparer eux-mêmes la routes, mais sans succès ‘’Depuis bien avant que l’état de la route ne devienne pire, nous nous sommes plusieurs fois regrouper et bouché les petits trous qui étaient sur la route. Il y’a de ces jours aussi on coupait la route pour que la mairie puisse réagir mais hélas jusqu’à maintenant toutes ces actions n’ont rien changés’’. D’autres usagers expliquent qu’ils sont obligés de changer de route pour ne pas que leur engin tombe en panne. Surtout quand il pleut la route devienne inaccessible a certains motocyclistes, mais d’autre prennent des risques et force ainsi le passage.

Hamady Sow 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît