L’Assemblée générale des Nations unies a alloué à la Minusma un budget d’un montant de 1 171 612 500 dollars américain pour la réalisation des tâches assignées par le mandat. L’atelier de présentation de ce mandat a eu lieu hier.

« L’atelier qui nous réunit ici est une première et notre vœu ardent est qu’il devienne une activité régulière, organisée annuellement. Il intervient au lendemain de l’adoption de la résolution 2485, qui a renouvelé le mandat de la Minusma, ainsi que de la présentation par le Premier ministre du Plan d’Action du Gouvernement suivie, quelques jours après, de son approbation par le Conseil national de Transition », a indiqué le patron de la Minusma, El-Ghassim Wane.

Selon lui, l’objectif est de mieux cerner les synergies existantes entre le plan d’action et leur mandat. « Je voudrais réitérer ici l’engagement de la Minusma à aider et à accompagner du mieux qu’elle peut, et dans le cadre du mandat qui est le sien, l’action des autorités et autres parties prenantes maliennes », a-t-il souligné.

Cet atelier a pour but d’identifier les voies et moyens qui peuvent servir d’un appui plus efficace au Mali dans les trois axes prioritaires de la Mission, à savoir la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ; la stabilisation du Centre, qui est aux prises avec une violence multiforme et l’appui à la conclusion réussie de la transition. 

« Je voudrai saluer cette première initiative et nous souhaitons dans l’avenir avoir une périodicité, convenir des échanges réguliers sur les missions qui sont là pour nous aider. C’est vrai que beaucoup de Maliens ont exprimé des insatisfactions par rapport de la Minusma, mais nous devons comprendre que la Minusma ne définit pas son mandat. Son mandat est déterminé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Nous avons beaucoup de difficultés depuis plusieurs années avec le Conseil de sécurité pour que la mission puisse disposer leur mandat fort qui puisse lui permettre de faire son travail en répondant aux menaces sur le terrain. Même si la lutte contre le terrorisme ne fait pas directement partie du mandat de la Minusma, mais nous pensons qu’il y a des outils dans cette résolution qui avec l’aide du gouvernement permettra d’assurer la sécurité des populations ». S’est réjouis Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. 

Fatoumata Kané

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît