Le mercredi 20 juin, le ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, porte-parole du Gouvernement Amadou Koïta, accompagné de son homologue de l’Economie Numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a animé au Centre d’Information Gouvernementale du Mali (CIGMA), le traditionnel point de presse du Gouvernement. Le plat de résistance de ce point de presse a été le projet de décret portant approbation du marché relatif à la réalisation du projet de Télévision numérique terrestre au Mali par le Conseil des ministres. Un autre pas de géant franchi par le ministre Touré.

Au chapitre des mesures législatives et réglementaires, le dernier Conseil des ministres à partir d’un rapport du ministère de l’Economie et des Finances a adopté un projet de marché relatif à la réalisation du projet de télévision numérique terrestre au Mali.

Parlant de ce projet, qu’il qualifie de passage de la télévision analogique à la télévision numérique, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication a tenu à faire un bref rappel sur le processus de la télévision numérique dans le monde et plus précisément au Mali.

pub

Selon lui, L’Union International de Télécommunications (UIT) a adopté en 2006, après le démarrage du processus dans le monde entier depuis 2000, un accord régional par lequel tous les Etats membres de l’unité devraient démarrer le passage de la télévision analogique à la télévision numérique.

C’est dans ce cadre, dit-il, que le gouvernement de la République du Mali à entamer une série de réformes, parmi lesquelles, il faut noter la séparation des fonctions d’édition et de diffusion avec la création de la Société Malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD).

Après avoir soutenu que la mission de la SMTD est la mise en œuvre du plan de numérisation de la télévision nationale, le ministre Touré dira que le Mali de façon harmonieuse pour assurer ce transfert de l’analogie au numérique a mis en place par décret en 2011 un comité national de transfert de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique. Dans cette optique, soutiendra-t-il, les deux documents élaborés, notamment la feuille de route ainsi qu’une stratégie ont été adoptés par le Conseil des ministres du 30 Octobre 2014,.

Selon le ministre Arouna Modibo Touré ce transfert de la transition analogique à la transition numérique offre au Mali des perspectives certaines dans plusieurs domaines. Parmi ceux-ci, il a noté entre autres la technologie, l’économie, le social et la culturel.

Quant aux avantages pour les populations, il a cité l’utilisation efficace du spectre qui permettra d’avoir un peu plus de chaines disponibles pour une seule fréquence.  De même que la diminution des charges de production. Un autre avantage non moins important souligné par le ministre Touré a été la prise en charge des contenus des programmes locaux en plus de ce que le Mali dispose en programmes de télévision.

Toujours au chapitre des avantages, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication a souligné la mise à disposition d’un code parental pour verrouiller certaines chaines, la connaissance à temps réel de l’audience du public sur un certain nombre de chaines, l’offre des services internet aux populations ainsi que la réduction de la fracture numérique.

Selon lui, avec la télévision numérique, le Mali peut offrir à même temps que les sociétés de téléphonie des fréquences aux populations pour leur permettre d’avoir des chaines de télévision à moindre coût et accéder à l’internet et certaines chaines internationales dans un meilleur délai et  de manière rapide.

Concernant la passation de ce marché, le ministre Touré a rassuré sur le fait que le Gouvernement a pris toutes les dispositions transparentes en la matière.

Le moins qu’on puisse dire est que ce passage au numérique n’est plus qu’une question de semaines, pour ne pas dire de jours. Un autre succès du tenant du portefeuille de l’Economie Numérique et de la Communication.

Quant au ministre porte-parole du Gouvernement, il est revenu sur les autres décisions importantes prises lors de ce Conseil des ministres.

Par Jean Joseph Konaté

Le Sursaut du 25 juin 2018

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît