Le président de la Commission de recrutement spécial des 2500 élèves sous-officiers de police spécialité maintien d’ordre, l’Inspecteur général Moussa Boubacar Marico a animé le mercredi 5 août 2020, un point de presse organisé par la Direction générale de la Police nationale, pour donner des éclaircissements concernant ledit recrutement. Pour la circonstance, il était entouré des membres de la commission de recrutement.

A l’entame de ses propos, il a d’abord présenté ses vœux de bonne fête à l’ensemble de la presse nationale et internationale et a imploré le Tout Puissant pour le retour de la paix et la stabilité au Mali. Le problème de sécurité occupe une place de choix dans la politique des plus hautes autorités du pays, pour parer à ce besoin de sécurité, a affirmé le Directeur général adjoint de la Police nationale que les autorités du pays ont décidé d’organiser ce recrutement spécial de 2 500 élèves sous-officiers de police spécialité maintien d’ordre sur la base du concours de 2018 dont certains ont échoué à l’entretien oral

Selon l’Inspecteur Général Moussa Boubacar Marico, ce concours spécial concerne uniquement les candidats ayant échoué à l’entretien oral en 2018. « Le concours de 2018 a fait couler beaucoup d’encre. Donc nous avons tiré tous les enseignements pour moraliser davantage ce recrutement spécial. Pour ce faire, notre document de travail, est la liste des candidats sous-officiers déclarés admissibles à la visite médicale. Sur cette liste après dépouillement, 2 467 dossiers ont été validés pour ce concours spécial », a-t-il expliqué.

Le président de la commission de recrutement a également ajouté qu’en partant de ce fait qu’ils ont mis en place deux sous-commissions notamment, une commission de visite médicale présidée par le médecin Chef de la Police nationale et une autre pour l’entretien oral présidée par le Directeur de la formation. Au niveau de la sous-commission médicale, a-t-il précisé, qu’ils ont pris toutes les dispositions nécessaires. C’est pour cela qu’un panel de médecin venant de la police, de la protection civile, de l’armée même la Direction générale de la santé a été formé pour la cause. Tout cela, selon le DGA de police, a été fait pour moraliser le recrutement au sein de la police et éviter les candidats traînant une pathologie incompatible à suivre une formation digne de ce nom.

La visite médicale de ce concours a porté sur les visites corporelles et les examens supplémentaires. Sur les 2 467 candidats retenus, 1 774 ont été déclarés aptes, 624 déclarés inaptes et 69 absents. Et c’est ces 1 774 candidats déclarés aptes qui vont suivre les autres étapes. Le président de la commission de recrutement a aussi déclaré qu’il y’a d’autres analyses complémentaires en cours et il n’est pas exclu que le nombre soit revu en baisse. Avant de rappeler que la commission recrutement a reçu quelques plaintes de la part de certains candidats malheureux et ces plaintes feront l’objet d’une vérification par le médecin Chef de la police.

A. BERTHÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît