Signataire du Pacte national en sa qualité du chef du Front populaire de libération de l’Azawad (FPLA), Zeidan Ag Sidalamine, apporte la contradiction au livre de l’ancien ministre Choguel Kokalla Maïga. Une véritable réplique qui relance le débat sur les rebellions qu’a connues le nord du Mali.

 

A peine sa promotion terminée, le livre de l’ancien ministre Choguel Kokalla Maïga fait face à des contestations. L’ancien chef rebelle touareg, Zeidan Ag Sidalamine
répond.  Le livre, selon lui, « est un acte de réécriture idéologique, de falsification politique de l’histoire des rébellions », déclare-t-il.

pub

Actuellement en France pour faire la promotion de son ouvrage qui a ravi la vedette aux autres sujets de l’actualité, Choguel est pris à partie par des anciens rebelles. Et c’est bien à visage découvert qu’un ancien responsable de la rébellion Ag Sidalamine  s’adresse aux auteurs.

« Le Livre coécrit par Choguel Kokalla Maïga et Issiaka Ahmadou Singaré intitulé : « Les rébellions au nord du Mali », des origines à nos jours, officiellement lancé et dédicacé par ses auteurs impartiaux , le jeudi 28 juin 2018 à la Maison de la presse à Bamako (Mali) est un acte de réécriture idéologique, de falsification politique de l’histoire des rébellions, de négation civilisationnelle, de division raciale et de mépris ethnoculturel partisan du peuple touareg dans sa diversité identitaire construite autour de la langue tamachaqt-tamajaght et de son alphabet tifinagh », a-t-il lancé.

Comme argument de base, Zeidan Ag Sidalamine reproche au livre de dénier aux Touareg toute valeur historique. « Ce livre conteste la victoire de la rébellion touareg en 1990 sur le gouvernement UDPM du général Moussa Traoré dont le chef d’Etat-major général des Armées, le colonel Ousmane Coulibaly a été militairement contraint sur le terrain des opérations de négocier et de signer l’Accord de Tamanrasset du 6 janvier 1991 », a-t-il rappelé.

Plus amer, il lance cette boutade aux auteurs du livre « Les rebellions au nord du Mali, des origines à nos jours » : « Non au révisionnisme historique de mauvais aloi ! »

Il nous est revenu que plusieurs autres figures des rebellions passées et d’autres dignitaires touarègues s’apprêtent à apporter une réplique au livre coécrit par un proche de Moussa Traoré et ancien ministre des présidents ATT et IBK.

A.M. C.   

L’Indicateur du renouveau du 03 juillet 2018 

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît