Les syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 réagissent enfin au recrutement des volontaires. C’est une question qui leur semble une distraction qui ne leur fera pas tourner de leur chemin. Ainsi ils ont adressé quelques mots à leurs frères sortants des IFM et à tous volontaires qui voudront faire partir de ce recrutement.

« Nous attirons l’attention des sortants des écoles de formation d’enseignants (IFM, EN Sup, ENETP…) que le combat qu’ils mènent est celui qui consiste à rendre à la fonction enseignante sa noblesse, sa dignité et surtout la rendre attrayante. Nous les informons que les agissements du gouvernement visant à les utiliser comme des palliatifs à la crise en cours n’ont d’autre objet que de saper la détermination des enseignants dans leur lutte noble de restauration de la dignité de l’enseignant malien. Aussi, Nous informons les doyens retraités qu’accepter de participer à cette mascarade, c’est contribuer à torpiller la loi qui a vu la revalorisation de leur pension », affirment-ils.

Ils informent l’opinion nationale et internationale que cet exercice du gouvernement

N’a aucune base juridique car selon eux, il viole l’article 30 de la loi N°2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant.

« Ce n’est qu’une mise en scène dans laquelle les sortants et les retraités seront utilisés comme des acteurs pour tromper les Maliennes et les Maliens. A cet effet, nous appelons la responsabilité de chacun et surtout les sortants des écoles de formation pour lesquels, cette lutte est engagée. Les syndicats de l’éducation, signataires du 15 octobre 2016 bien que disposés au dialogue entendent poursuivre dans la légalité leur mouvement pour faire appliquer la loi dans un pays démocratique », ajoute-t-ils.

F. K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît