Malgré quelques manquements relatifs à la disponibilité des cartes d’électeurs dans certains bureaux et l’absence de quelques matériels électoraux essentiels au vote, la Coalition pour l’organisation citoyenne des élections au Mali (Cocem) est satisfaite du déroulement du 1er tour de l’élection présidentielle à mi-journée.

Selon la présidente de la Coalition, Mme Fatoumata Sékou Dicko, la Cocem a déployé aujourd’hui 1001 observateurs bien formés pour observer le déroulement du vote. Avec un déploiement record de 99%, elle a pu colleter les premières données via des SMS codés et d’autres stratégies dans les endroits ou il n’y a pas de couverture téléphonie. Sur la base de ses premiers éléments d’observation, la Cocem est satisfaite malgré quelques manquements observés dans certains endroits du pays surtout au Centre et au Nord.

« 99% des bureaux de vote ont ouvert à l’heure, 4%  ont ouvert entre 8h15 et 9h30. 8% des bureaux observés ne sont pas accessibles aux personnes vivant avec un handicap, les cinq agents électoraux sont tous présents à l’ouverture dans 87% des bureaux, quelques cas d’absence ont été observés mais des dispositions rapides ont été prises pour le bon déroulement du vote. Les délégués des partis politiques sont présents dans 99% des bureaux observés et 43% d’entre eux sont des femmes. Aussi l’urne a été scellée correctement dans 99% des bureaux observés par la Coalition», révèle la présidente Dicko, ajoutant que les forces de sécurité sont présentes dans 93% des centres de vote observés.

pub

Cependant, explique-t-elle, les observateurs de la Cocem ont été témoins de la non ouverture des centres de vote dans certaines localités pour des raisons de sécurité ou par manque de matériel. Par exemple, indique Fatoumata S. Dicko, dans le cercle de Gourma Rharouss, dans la région de Tombouctou, 17 urnes ont été emportées dans la nuit du 28 au 29 juillet. « Les bureaux de 4 centres de ce cercle n’ont donc pas pu ouvrir. A Niafounké, des individus ont saccagé le bureau de vote et pris le matériel et à Douentza, trois centres ont été détruits par des assaillants et le matériel de vote détruit », précise Fatoumata.

Préoccupée de la situation sécuritaire dans ces localités, la Cocem a exhorté les autorités compétentes à prendre toutes les dispositions requises pour que les citoyens puissent voter dans la quiétude. Elle a aussi lancé un appel au vote, interpellant du coup les acteurs politiques à garantir un environnement calme et apaisé pour la suite du processus électoral.

La publication du rapport préliminaire sur la journée électorale est prévue pour demain, selon la présidente de la Coalition.

S. I. K.

30minutes.net

29 juillet 2018

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît