Sous le thème : « Atteinte des objectifs  de 800 000 tonnes de coton graine et  la valeur  ajoutée de 15% de transformation locale », s’est tenue du 7 au 9 mars   la 2ème édition du Forum International sur le Coton. Ce forum est organisé par  l’Association des Jeunes pour la Valorisation du Coton (AJVC) en partenariat avec le ministère de l’Agriculture. L’ouverture de ce forum était présidée par le Secrétaire Général du ministère de l’Agriculture,  Lassine Dembélé en présence du président d’honneur Ouali Diawara, du président de l’AJVC, Abdel Abdramane Sy  et des représentants des faitières de la filière coton.

Valoriser le  coton malien dans le monde à travers la transformation locale. Tel est l’objectif visé par l’Association des Jeunes pour la Valorisation du Coton (AJVC), à travers l’organisation de ce forum, 2ème du genre.

Dans son intervention, le président de l’AJVC dira que cette 2ème édition du Forum International sur le Coton permettra de regrouper l’ensemble des acteurs de la chaine de valeurs du coton, des producteurs jusqu’aux transformateurs pour l’atteinte des objectifs. « Si le Mali parvenait à transformer 15% du coton malien, il y’aura la création de 10 millions d’emplois au Mali » a-t-il déclaré, tout en précisant que seulement  2% est transformé sur la production totale.

Après avoir souligné que 4 millions de Maliens vivent grâce au secteur coton, il dira que l’atteinte de l’objectif de 15% de transformation permettrait au Mali non seulement de créer des milliers d’emplois, mais aussi de réduire considérablement la migration clandestine.

A sa suite, le président d’honneur a soutenu que le Forum International sur le Coton est une rencontre professionnelle des acteurs de la production  et la transformation industrielle et artisanale du coton. « Cette rencontre permettra de développer les stratégies, tout en permettant  de valoriser et de promouvoir le coton par une meilleure compétitivité  de nos industries, des petites et moyennes entreprises du secteur coton » a-t-il précisé.

Selon toujours Ouali Diawara, en vue de relever le niveau actuel de transformation du coton qui stagne autour de 2 à 3%, il faut la création de  plusieurs petites unités de transformation artisanale, étant donné que le plan de développement de la filière coton prévoit 800 000 tonnes/an et une valeur ajoutée d’environ de 15% à l’horizon 2021.

Pour sa part, le Ségal du ministère de l’Agriculture, affirmera que la culture  du  coton est  une culture stratégique d’une extrême  importance  pour la stabilité économique et sociale du Mali. « Elle contribue à hauteur de 8% du PIB national,  représente 25% des exportations et 6% des revenus fiscaux » a-déclaré M. Dembélé.  

En plus, il a souligné que  plus de 4 millions de personnes tirent leur revenu  de la filière coton au Mali. Occasion pour lui, de rappeler que l’encadrement du  secteur coton est  assuré par la CMDT et l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN).

Selon lui, du fait que les conditions climatiques et écologiques sont favorables à la production du coton, l’espace UEMOA a assisté à la création de plus de 200 mille associations  et coopératives regroupant les producteurs de coton.

Par ailleurs, le Ségal Dembélé  a clairement indiqué que la transformation du coton demeure un véritable défi auquel le Mali fait face. C’est pourquoi, il a invité les partenaires techniques et financiers à soutenir les initiatives de l’AJVC afin de booster la production du coton au Mali.

A noter que la cérémonie d’ouverture s’est  clôturée par la visite  des stands des artisans. 

Par Jean Joseph Konaté

Le Sursaut du 11 mars 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît