Ils ont été formés sur les sujets tels que : Brise-glace suivi d’un exercice d’identification de « Fake news » ; « Fake news » : origine et impacts avec le web et réseaux sociaux ; outils de vérification des infos (article, site internet et source) ; recherche avancée sur Google/Google Hacking ; outils de vérification des photos vidéos ; et autres types de « Fake news».

Organisé par l’Ambassade des Etats Unis au Mali, une formation des journalistes sur l’identification des « Fake news » s’est tenue du lundi au mardi dernier, à l’Hôtel Massaley. Durant ces deux jours, les journalistes invités en qualité de leurs responsabilités dans leurs différentes rédactions, ont été bien outillés sur les modules suivants : Brise-glace suivi d’un exercice d’identification de Fake news ; Fake news : origine et impacts avec le web et réseaux sociaux ; outils de vérification des infos (article, site internet et source) ; recherche avancée sur Google/Google Hacking ; outils de vérification des photos vidéos. La formation était animée par des experts venus du. Il s’agit : de Kokou Tadegnon Noel et Combey Sylvio.

Le premier jour de la formation a servi en quelque sorte à l’enseignement des cours pratiques sur la « Fake news », c’est-à-dire la désinformation. Les explications faites par les formateurs, ont permis aux apprenants de comprendre comment détecter une fausse information. Pour ce faire, dès qu’on a une situation de genre devant soit, il faut d’abord s’assurer de l’exactitude de l’information. Ce qui amènera à faire des recherches avancées dans le « Google ». Chose qui conduira le journaliste, à aller dans l’application « Décodex », en introduisant d’abord les mots clés. De même, s’il y a une source en rapport avec l’article, il est aussi recommandé de chercher à connaitre son authenticité.

 D’autres moyens de vérification peuvent être utilisés, à savoir l’Opérateur « OR ». Par rapport au montage d’une vidéo avec un smartphone, il a été question de procéder par des exercices pratiques.

Le deuxième jour de la formation a été consacré à des exercices pratiques. Pour ce faire, les participants ont été répartis en cinq groupes de travail. Le même exercice pratique sur la « Fake new » a été distribué. Conformément aux leçons apprises, les recherches avancées à partir de « Google » internet ont été appliquées. Les résultats de chacun des groupes de travail, ont fait un partage dans la salle. Et chaque groupe a avancé les arguments pour justifier sa position.

Ensuite, une deuxième étape de cet exercice, a servi à la disposition des photos avec un smartphone. Egalement, il a été question de procéder au montage d’une vidéo à partir smartphone. Ces différents procédés peuvent se faire à partir d’une application, appelée « INSHOT », téléchargeable à partir de l’internet. Ces exercices pratiques ont prouvé, selon les formateurs que la formation sur la désinformation a été comprise par l’ensemble des participants.

La formation a été clôturée par une cérémonie simple, mais pleine de signification. Parce qu’elle a réuni les premiers responsables de l’Ambassade. Ainsi, le porte-parole des participants, du nom de Moriba Coulibaly a remercié les initiateurs de la formation. Il a aussi, ajouté que la formation était à la hauteur, au regard de la maitrise du sujet par les formateurs. De ce fait, les participants sont très satisfaisants de la formation, en espérant qu’ils en auront d’autres.

Le formateur Kokou Tadegnon Noel a, lui aussi remercié les USA pour avoir initié la présente formation. Il a également souligné l’engagement et l’assiduité des auditeurs, tout au long de cette formation.

Notons que la formation a été sanctionnée par une attestation de participation, délivrée à chaque participant. Nous ferons des publications si possibles dans nos prochaines parutions sur les conséquences des « Fake news ».

Diakalia M Dembélé/ 22 Septembre du jeudi 23 Mai 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît