L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (Apej) a été mal gérée depuis quelques années. Elle a été victime de retraits non justifiés sur les comptes bancaires pour un montant total de 3,85 milliards de F CFA, du paiement irrégulier de 450 millions de F CFA à la Société Wari et d’autres mauvaises procédures.

Plus de quatre ans de mauvaise gestion et tous les trois récents directeurs généraux impliqués. L’ancien directeur général Amadou Cissé, son prédécesseur, Mahamadou Fofana et le DG, Aly Kébé, récemment nommé, sont tous impliqués dans la gestion calamiteuse de la structure. Ils ont fait perdre à l’Apej environs 4 milliards de F CFA.

Selon les explications des travailleurs de la structure, le gouvernement avait commis des « erreurs«  en nommant M. Kébé à la place de Mahamadou Fofana qui, rappellent-ils, avait lui aussi pris la place de son mentor, Amadou Cissé qui l’avait propulsé DGA. Les raisons : « Le système continue et l’Agence poursuit sa descente dans l’enfer« .

Les faits

pub

L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes est devenue la vache laitière des DG successifs depuis l’arrivée d’Amadou Cissé. Beaucoup de manquements ont été relevés dans les opérations de dépenses.

Primo, selon un agent de la comptabilité, le directeur de l’Apej a procédé à un fractionnement de dépenses dans le cadre de l’organisation des Journées nationales de l’entreprenariat jeune en 2014, les dépenses de restauration d’un montant total de 28,24 millions de F CFA ont été réparties en trois achats effectués à travers deux factures et un contrat simplifié auprès de deux prestataires, au lieu de conclure un marché par appel d’offres  qui, au regard du montant total, est le seul mode requis.

Pis, il n’a pas appliqué des pénalités de retard dans le cadre de deux marchés de fournitures de véhicules conclus la même année. Il résulte de la comparaison entre les dates de notification et de réception que leur exécution a accusé un retard de 108 jours par marché.

Pourtant, il n’a pris aucune disposition pour appliquer les pénalités exigées selon les termes du contrat établi. Le montant total des pénalités non appliquées s’élève à 8,6 millions de F CFA, une somme qui lui aurait été versée en « clandestinité« , indique notre source. En plus, sur ses instructions, son agent comptable a retiré des comptes bancaires plus de 3 milliards de F CFA qui n’ont jusque-là pas été justifiés.

Il révèle aussi : « L’ancien directeur Cissé, aidé par le DG Aly Kébé, a ordonné des paiements irréguliers. Il a sans base légale, octroyé au ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle un montant de 13,85 millions F CFA sous forme d’avances. Il a également autorisé le préfinancement du salaire du personnel du Projet jeunes pour un montant de 8,59 millions F CFA. Aucune de ces avances n’a été remboursée. Le montant total de ces avances irrégulières s’élève à 22,44 millions de F CFA« .

Comme cela ne suffisait pas, nos trois directeurs qui se sont succédé ces trois dernières années ont, en toute complicité selon nos sources, effectué des paiements irréguliers. « Dans le cadre de la mise en place de deux mille points services relais, en partenariat avec la Société Wari, ils ont irrégulièrement payé, en 2014 et 2015, un montant total de 450 millions F CFA à cette société en l’absence du business model définissant la contribution de chaque partie tel que prévu par la convention de partenariat. Aucun des sites d’installation des kiosques n’avait également été identifié. De plus, ce financement a été effectué avant l’approbation du Comité de crédit et de garantie et aucun kiosque n’a été installé comme l’atteste la lettre de Wari du 19 janvier 2018, plus de trois ans après le premier virement de fonds à la société Wari« , illustre la source.

Il rappelé qu’il existe un lien étroit entre les trois hommes car le premier Amadou Cissé a dirigé l’Agence pendant trois ans et n’avait d’autres « complices«  que les deux qui l’ont précédé au poste. « Ils poursuivent ainsi la même stratégie qui est de soutirer de l’argent à travers des procédures peu orthodoxe et financent les activités des ministres respectifs. Il s’agit de Ben Kattra et de l’ancien ministre Baby« , conclut une source proche de ce dossier.

H.Koné   

Le Focus du Lundi du 16 juillet 2018 

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît