Pipe d’un flacon d’eau chaude aromatisée, utilisée principalement dans le monde arabe pour fumer le tabac. La chicha est formée d’un fourneau, où brûle le tabac et d’un tuyau qui traverse un vase rempli d’eau parfumée. Une cinquantaine de bouffées de chicha sur une durée moyenne d’une heure valent deux paquets de cigarettes. Selon l’OMS, une cigarette est fumée en 8 à 12 bouffées sur une durée de 5 à 7 minutes, tandis que la chicha est fumée en 50 et 200 bouffés sur une durée de 40 à 60 minutes.

On distingue deux formes de chicha : Le tabamel est un mélange de tabac, de sucre, sous forme de miel d’arômes et d’autres produits destinés à le rendre fumable. Le tumbâk ou tuntun est le tabac pur (plus fort en nicotine). Ce tabac est souvent considéré comme « le vrai«  tabac à narguilé. En général, les tabacs sont classés selon deux catégories : classique et premium. Les premiums sont plus sucrés et ont plus de goût. C’est le tabamel que l’on trouve principalement dans le commerce.

La consommation de la chicha au Mali particulièrement à Bamako est devenue courante. Les jeunes de moins de 25 ans sont les plus friands. Ils se regroupent autour de la chicha dans les quartiers. A Bamako, il y a de plus en plus de clubs destinés uniquement à la consommation de cette substance. On les appelle des ¨Chicha House clubs¨ Ils se trouvent dans plusieurs quartiers de la capitale. La curiosité de certains jeunes les incite à en consommer.

« Je ne prends ni du thé ni de la cigarette. J’ai découvert la chicha avec un ami étudiant revenu en vacance. L’odeur de mangue que dégageait la fumée m’a attirée. J’ai goûté. C’est ainsi que mon addiction a débuté« , explique un étudiant.

Mohamed Sonikara explique que malgré que son ami ait été hospitalisé à cause de la chicha, lui continue à fumer. A l’en croire, l’odeur l’attire et il voit que c’est très excitant. En revanche, Boukari Karambé, vendeur des cartes de recharge, la chicha doit être bannie, « car encourage la fainéantise et fait la promotion de la cigarette« .

Outre les hommes, certaines filles sont également passionnées par cette pipe surtout son odeur. Elles ne cherchent pas à savoir les autres effets négatifs que peut engendrer sa consommation. Fumer la chicha a des effets négatifs sur la santé. Une bouffée revient à fumer une cigarette et une session complète deux paquets. Elle provoque l’hépatite virale et autres maladies transmissibles par la salive, des risques de cancers du poumon, de la vessie, des lèvres et des aérodigestives supérieures. De nos jours, on guérit plus facilement les cancers mais le narguilé peut également être la cause d’autres maladies pulmonaires très graves, beaucoup moins faciles à traiter : la seule solution bien souvent, s’avère être une greffe du poumon. Le problème, avec ce produit, est le même que pour le tabac. Le risque apparaît dès la première bouffée, fumer une seule cigarette peut entrainer un risque d’addiction et c’est la même chose pour le narguilé ou chicha.

Doubahan Rachel Diarra

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît