Dans le cadre de la sortie de crise, le Président IBK a fait une déclaration à la nation le dimanche au soir. Tout en jouant à l’apaisement, IBK a fait une offre politique de gouvernance.

Le Mouvement du 5 juin a demandé la démission du président de la République, arguant que le pays est mal géré. Dimanche, après une large concertation, et surtout après une rencontre avec des notabilités et des religieux, le président IBK a fait une déclaration à la nation.

Ce qu’il faut retenir c’est d’abord le ton. D’entrée de jeu, le président s’est dit attentif aux complaintes des Maliens, d’où que cela provienne. Après avoir donné des gages sur les défis nés des dernières législatives, il a promis que de la rencontre avec le camp de Dicko, les lignes bougeraient. Mais, en entendant, IBK a fait 5 propositions concrètes, des actions qu’il compte entreprendre dans l’immédiat : la crise scolaire, la santé, la crise électorale née des législatives, la question des déplacés du centre à Bamako et la sécurité.

Si l’on ajoute à cela les questions de gouvernance, on a fait le tour des revendications de M5.

« Il nous faut tirer toutes les leçons de ces crispations. Nous recherchons une solution idoine et urgente afin de répondre aux frustrations exprimées. Je tiens à ce que les Maliens gardent foi en leurs institutions. Cela est l’un des garants d’une bonne gouvernance« , a dit le président.

Alexis Kalambry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît