S’il y a un ministre des sports qui se trouve le plus détesté et le plus vomi par plusieurs fédérations et associations sportives du pays et les agents des ses services rattachés, c’est bel et bien Jean Claude Sidibé. Son départ est accueilli comme un véritable ouf de soulagement. Tous espèrent que le nouveau ministre, Arouna Modibo Touré puisse rétablir cette confiance perdue entre le ministère et l’ensemble du monde sportif d’une part et d’autre part avec les agents des services rattachés.

Depuis la démission du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga et de son gouvernement le 18 avril 2019, plusieurs fédérations et associations sportives, les services rattachés (DNSEP, personnel du ministère, DFM, contrôle financier) et le personnel du Lycée sportif Ben Oumar Sy étaient sur le point de faire grève si jamais Jean Claude Sidibé venait à être reconduit au ministère des sports.

En effet, depuis l’arrivée de l’ancien président de la fédération malienne de Basket-ball à la tête du département en décembre 2017, ce fut la descente aux enfers de tous ceux qui refusaient de se plier à ses désirs. C’est ainsi que tous ses conseillers techniques à l’exception d’un seul en la personne de Diakaridia Diakité sont ignorés et jamais consultés dans la gestion courante des affaires du ministère. On se souvient de ses relations conflictuelles avec l’ancien DFM, Oumar Katilé sur l’affaire de la gestion des 630 millions que le ministère de l’Economie et des finances avait octroyé au ministère des Sports.

En effet le désormais ancien ministre des sports avait ouvert un compte parallèle dont le numéro bancaire est MLO1601218026001343659-78 dont la gestion serait confiée à titre exceptionnel selon ses instructions, au Secrétaire général pour y  virer 450 millions sur les 630 millions sans oublier la mise à l’écart de Mme Camara de la régie spéciale au profit de son pion, un certain Adama Keita, de surcroit un agent de saisie de la DNSEP. Dénoncé par le désormais retraité Katilé, le ministre Sidibé fut sommé de fermer le compte parallèle. Quant à  plusieurs fédérations et associations sportives, elles n’ont jamais reçu leurs subventions malgré qu’elles aient envoyé leurs programmes budgétisés. N’eût été l’intervention de certaines bonnes volontés, ces fédérations et associations sportives avaient projeté d’organiser une marche à la primature pour exiger le départ de Jean Claude Sidibé le mois dernier.  Et la goûte d’eau qui a fait déborder le vase c’est son immixtion dans la gestion des affaires courantes du comité de normalisation en empêchant Mme Daou Fatoumata Guindo d’organiser le championnat national le 9 février dernier.

On se rappelle qu’au mois de Février 2019, le ministère des sports coule sous des dettes à hauteur de près d’Un milliard de francs CFA d’arriérés et 80% portant sur les voyages sont sans ordre de mission. Aussi le ministère doit plus de 30 millions de francs CFA à trois restaurateurs de la place des Aigles du Mali et qui ne cessent de défiler tous les jours au département sans oublier que le ministère doit 800 millions de francs CFA à deux agences de voyage sans tenir compte des autres petites agences de voayages. Selon nos informations, plus de 201 millions ont été dépensés sans que le tournoi des régions du Nord puisse se tenir à Mopti le mois de mars dernier.

Comme on le voit c’est un ministère des sports pillé  que le nouveau ministre devra repenser et créer les conditions de climat de confiance entre son département et l’ensemble des acteurs sportifs d’une part et d’autre part avec les agents du département qui n’ont jamais été considérés par celui qui semble être le ministre des sports le plus catastrophique et le plus calamiteux depuis 1960.

Sadou Bocoum

La Mutation du 07 mai 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît