Depuis quelques temps, les crises sociales et sécuritaires du centre du Mali ont privé de multiples enfants innocents de leur droit d’accès à l’éducation. Le centre Mabilé de Sogoniko accueille depuis le 16 mai 2019 ces familles. A l’approche de la rentrée scolaire 2019-2020, un groupe de jeunes volontaires, réunis au sein du Mouvement pour le renouveau et le développement du Mali, apporte des cours de soutien à tous les enfants sur le site.

Ils sont au nombre de 170 dont 89 filles et 81 garçons hébergés sur le site Mabilé. Dispersé dans la cour, chacun joue son jeu favori dans des petits coins. L’innocence et la vulnérabilité se lisent sur leur visage meurtri. Tièmoko Traoré est un agent de la direction régionale du développement social. Il est le superviseur actuel des ménages déplacés du centre précisément des villages de Macina, Koro et Bankas. A midi déjà ces enfants se regroupent autour de lui pour recevoir des bonbons.

Selon lui les enfants ont déjà entamé les cours de rattrapage, mais un problème persiste encore. « De nombreux enfants sont déscolarisés et n’ont pas d’acte de naissance pour commencer l’année scolaire avec les enfants urbains. Nous avons 48 ménages hébergés qui composent 269 personnes. Seulement 3 ménages ont des enfants scolarisés mais principalement dans les écoles coraniques », s’inquiète M. Traoré.

pub

Selon lui, ces enfants reçoivent pour le moment des cours fondamentaux trois fois par jour dans les différentes salles de Mabilé.

Le site reçoit divers partenariats avec des citoyens de bon cœur. C’est dans ce contexte que le Mouvement pour le renouveau et le développement du Mali a décidé soutenir ces enfants vulnérables. Le mouvement ne limite pas ses actions aux cours de rattrapage, il prend aussi en charge tous leurs fournitures scolaires nécessaires. « A la fin de la formation, ils prévoient une évaluation pour les enfants. Par ailleurs, nous sommes en train de faire des plaidoiries auprès des autorités et volontaires pour avoir l’acte de naissance de chaque enfant. Cela pour qu’à la reprise ils puissent être au même niveau que les enfants scolarisés. Il y a trois partenaires qui nous ont promis de nous accompagner à la rentrée scolaire notamment l’équipe de Save the Children », informe M. Traoré.

Beaucoup de partenaires potentiels ont déjà visité le site, mais seuls quelques-uns contribuent, selon le superviseur. 

Fatoumata Kané

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît