Initié par l’Association Daba Modibo Keita (ADMK), en vue de  promouvoir la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble, le Festi’Jeunes poursuit son petit bonhomme de chemin. Placée sous le thème « la jeunesse face aux défis de la paix, de la Covid-19, de la citoyenneté, de la migration et du développement durable », cette onzième édition démarre, demain vendredi, à partir de 16h30 et se poursuivra jusqu’au 11 avril sur les berges du fleuve Niger, à Kalaban-Coro Plateau. Des prestations sportives et culturelles sont inscrites au menu.

Cependant, la cérémonie d’ouverture officielle est prévue le samedi 10 avril, à partir de 16h30. Notons qu’au cours de cette rencontre de la jeunesse, plusieurs activités sont annoncées : collectes de sang, séances de natation, messages de sensibilisation contre la Covid-19 et autres maladies, comme le SIDA et le diabète, prestations d’artistes et démonstrations sportives, visites de stands, défilés des chasseurs traditionnels, théâtres et sketches humoristiques, jeux concours pour enfants sur la paix et la citoyenneté…        

Pour Daba Modibo Kéita, l’initiative vise aussi à détecter des jeunes talents et à les encadrer.  « Nous sommes à la recherche de tous les talents dans le but de pourvoir canaliser cette  jeunesse. Car, la jeunesse d’un pays a besoin d’être éduquée et inspirée à travers une source d’inspiration. Je suis un peu ce modèle, en tant que double champion du monde de Taekwondo. Sportivement parlant, j’ai réalisé presque tous mes rêves. Et, aujourd’hui, la plus belle de mes victoires sera de rendre cela accessible aux prochaines générations. Faire en sorte que le Festi’Jeunes soit un cadre dans lequel les jeunes pourront se retrouver, s’exprimer et prendre cette source d’énergie pour cultiver l’excellence », a-t-il déclaré. Rappelons que l’Association Daba Modibo Keita a été créée en octobre 2008, à Torokorobougou, en Commune V du District de Bamako. Dirigée par Alou Badra Kéita, elle a pour mission de promouvoir la paix par le sport, d’œuvrer au développement de l’éducation et de l’alphabétisation sur l’ensemble du territoire, de promouvoir l’art et la culture, de contribuer au développement socio-économique ainsi que de lutter contre le VIH/SIDA, l’exclusion sociale, le chômage et la pauvreté.

Source: L’Indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît