Après son duel en 2007 avec l’actuel président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, Moussa Mara, ancien Premier ministre en découdra en novembre prochain lors des législatives avec un autre grand ténor à travers sa fille, en la personne de Aïssata Traoré dite Pitchou, fille de l’ancien président de la République, désignée, le mercredi 12 septembre dernier, candidate de l’Adéma-PASJ.

Prévu pour le 25 novembre prochain, le premier tour des législatives en Commune IV annonce un duel serré entre l’ancien Premier ministre, Moussa Mara et Aïssata Traoré dite Pitchou, fille du Pr Dioncounda Traoré, désignée, le mercredi 12 septembre dernier, candidate de l’Adéma-PASJ. Pour l’instant, Moussa Mara n’a pas fait la déclaration officielle de sa candidature mais on lui prête déjà des intentions législatives. Sa sortie médiatique contre le chroniqueur et allié du candidat de l’URD à la présidentielle dernière, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, en serait l’un des signes précurseurs. Lors de cette sortie, Moussa Mara a clairement déclaré ceci : « Si je suis candidat aux élections législatives en Commune IV, personne ne peut me battre ». Mara semble tirer son optimisme des dernières élections de proximité dont il est effectivement sorti vainqueur en Commune IV. Même en face de l’actuel président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, candidat du RPM aux législatives de 2007, Mara l’aurait remporté n’eut été le renfort du président d’alors, Amadou Toumani Touré. Cette année encore, Moussa Mara aurait indirectement face à lui un autre ténor de la classe politique, Pr Dioncounda Traoré, ancien président par intérim de la République. Ce combat de titan se mènera par personne interposée, à savoir la fille du président de la transition, Aïssata Traoré dite Pitchou. Même si celle-ci peut se targuer d’être active dans le mouvement associatif en Commune IV, l’influence de son père semble en être beaucoup dans sa décision de candidature. Cette candidate de l’Adéma-PASJ, ne manquera pas d’un soutien de reconnaissance de la part du RPM, principal parti présidentiel. Dans les milieux politiques, on verra mal la candidature de Pitchou souffrir d’un coup de main du président IBK, lui-même habitant de la Commune IV et dont la candidature a été soutenue par l’ancien président Dioncounda qui a officiellement déclaré, au sortir de son bureau de vote, avoir voté IBK le 12 août, jour du 2e tour de la présidentielle. Quelle stratégie Moussa Mara mettra-t-il en place pour battre les caciques et leur Pitchou ?
O.D.   

L’Indicateur du renouveau du septembre 2018 

pub
pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît