Pour faire face aux effets néfastes du changement climatique, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture au Mali (FAO) a lancé le jeudi dernier à Ségou, son Projet de Renforcement de la Résilience des Populations Vulnérables face à la Variabilité Climatique.

Le projet qui a pour objectif, la sécurité alimentaire cible 24.000 personnes. Il est financé par la Suède à plus d’un milliard FCFA. Ledit projet intervient dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao.

La cérémonie de lancement dudit projet était présidée par le ministre de l’Agriculture, Dr Nango Dembélé. Il avait à ses côtés, le représentant de la FAO au Mali, M. Amadou Diallo, les gouverneurs de Ségou et de Mopti.

pub

En effet, depuis des décennies, le Mali connait d’énormes difficultés liées aux effets néfastes de la variabilité climatique qui conduit à d’énormes bouleversements dans la vie des populations résidant dans sa partie septentrionale.

Selon le ministre de l’Agriculture, Dr Nango Dembélé, de nos jours, les efforts sont essentiellement orientés vers les actions assurant une sécurité alimentaire durable. C’est dans ce cadre, dit-il, que le projet de  renforcement de la résilience des populations vulnérables face à la variabilité climatique a été lancé.

« Le rythme cyclique des perturbations climatiques et sécuritaires doit être pris en compte dans le quotidien de notre combat pour le bien-être des populations vulnérables. Ce projet permettra d’aménager ou de réhabiliter des périmètres pour le maraichage et la riziculture. Un accent sera mis sur la nutrition », a précisé le ministre de l’Agriculture.

En plus de ce projet, la FAO mène au Mali plusieurs projets d’appui au développement de l’agriculture et de l’élevage en situation d’urgence. Parmi ces projets, l’on peut citer le projet d’appui à la résilience des populations vulnérables au nord du Mali et le projet de renforcement de la résilience des moyens d’existence des ménages d’agriculteurs et d’élevage touchés par la crise sécuritaire et le changement climatique.

A ceux-ci s’ajoutent le projet de renforcement de la résilience des moyens d’existence des ménages agricoles et des éleveurs affectés par la crise sociopolitique dans les régions du Nord et Centre du Mali, le Projet Initiative Eau et Sécurité Alimentaire (IESA), le projet de renforcement de la résilience agricole aux changements climatiques pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et le projet d’intensification de la résilience par des pratiques agropastorales.

« La mise en œuvre de ces projets ont permis d’atténuer les effets néfastes des chocs multidimensionnels surtout ceux liés à la variabilité climatique sur les personnes vulnérables. Le présent projet aussi rendre dans ce cadre », a indiqué Dr Nango Dembélé. Qui dira que malgré les efforts fournis, les principaux acteurs travaillant dans le domaine de la sécurité alimentaire au Mali font face à d’énormes défis majeurs.

« Je puis vous assurer, au nom de tous les Ministères impliqués dans la mise en œuvre de ce projet, que le soutien du gouvernement malien ne fera pas défaut. Il se manifestera à travers la contribution des services techniques régionaux, l’appui technique et le suivi des activités du projet », a conclu le ministre Nango Dembélé.

Adama DAO

Le Tjikan du 5 septembre 2018

 

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît