La deuxième session du Conseil du district de Bamako a démarré depuis mardi 18 juin dernier et prendra fin le lundi 24 juin prochain. Durant ces quelques jours, le conseil examine la situation financière de la mairie, la problématique de l’assainissement ainsi que la convention des maires de l’Afrique Sub-saharienne. Pour le Conseil, la situation financière est loin d’être satisfaisante et il invite les services d’assiette à plus d’engagement et d’imagination aux fins d’amélioration notable des recettes de la mairie du District.

L’ouverture des travaux a été présidée par Harimakan Kéita, 1er adjoint au maire du district de Bamako, en présence des élus des six Communes du district de Bamako et des Partenaires techniques et financiers (PTF).

Au titre des activités statutaires, il y a plusieurs points à l’ordre du jour comme la situation financière de la mairie, l’assainissement, la convention des maires de l’Afrique sub-saharienne, etc.

Le représentant du maire du district a expliqué que le budget a été adopté dans un contexte difficile. « C’est pourquoi nous connaissons quelques difficultés dans sa mise en œuvre », ajoute-t-il.

Sur une prévision de 24, 820 milliards de F CFA en recettes sur la période du 1er janvier au 31 mai 2019, l’équipe n’a pour l’instant atteint que 5, 861 milliards de F CFA, soit un taux d’exécution de 23, 61 %. En termes des dépenses, il est prévu 24,820 milliards de F CFA. Mais, seulement 5, 987 milliards F CFA ont été réalisés, soit un taux de 23, 61%.

L’analyse de ces données démontre que la situation financière est loin d’être satisfaisante. A cet effet, M. Keita, invite les services d’assiette à « plus d’engagement et d’imagination » aux fins d’amélioration des recettes de la mairie du district.

Dans le cadre de l’assainissement de la ville de Bamako, le représentant du maire du district a rappelé que l’assainissement a été et demeure une priorité pour les autorités du district. « Seulement, la tâche n’est pas facile », dit-il.

Avec plus de 3 000 000 d’individus, Bamako produit par jour 1 620 tonnes de déchets et moins de 21 % sont évacués par Ozone, malgré l’appui de la DSUVA.   

Suite aux inondations survenues à Bamako le 16 mai 2019, la mairie du district a tenu une session extraordinaire de son conseil au cours de laquelle une commission chargée des préventions des risques et catastrophes a vu le jour. A en croire le 1er adjoint au maire, cette commission a déjà établi un programme d’urgence d’intervention dans le but de prévenir les inondations.  

Pendant cette session, il a été également question de la convention des maires de l’Afrique sub-saharienne (CoM SSA) lancée par la commission européenne pour soutenir les villes dans le cadre des défis climatiques, en augmentant leur capacité de planification et en leur fournissant une plateforme où elles peuvent partager leur savoir et leurs bonnes pratiques. Il faut reconnaitre que la CoM SSA s’est inspirée du succès de la « convention des maires Europe » (CoM Europe) qui réunit 6700 municipalités dans sa lutte contre le changement climatique.

Ibrahima Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît