Les responsables de l’école fondamentale Secteur III de Dialakorodji ont ouvert mercredi dernier une cantine scolaire au sein de cet établissement. Objectif : lutter contre la malnutrition, promouvoir l’hygiène dans l’établissement scolaire et favoriser le maintien des élèves à l’école. 

L’ouverture officielle de cette cantine scolaire a eu lieu en présence de l’ensemble des acteurs scolaires notamment les membres du Comité de Gestion scolaire (CGS), de l’Association des Parents d’Elèves (APE) et des représentants du Centre d’Animation pédagogique (Cap) de Sangarebougou.

Des plats garnis servis aux convives a été l’un des temps forts de ce lancement. Selon M. Kéita, représentant du Cap, le rôle de la cantine scolaire dans le système éducatif au Mali est la promotion de l’alimentation scolaire. « Cela est un facteur clé qui contribue non seulement à la lutte contre la famine, mais aussi à retenir les enfants à l’école, d’augmenter les effectifs car d’autres seront excités à fréquenter les classes. Malgré l’approche de la fermeture des classes, nous vous invitons à nous préparer jusqu’au dernier jour car ces vivres appartiennent aux enfants », a- t-il ajouté. 

Les présidents du CGS et de l’APE ont affirmé : « nous sommes très contents du démarrage effectif de notre cantine scolaire malgré le retard accusé. Nous venons de recevoir deux tonnes de vivres et la somme de 500 000 F CFA pour le prix des condiments. Avec cela, nous allons faire la cuisine ici le reste de l’année scolaire ».

« Nous ne sommes pas satisfaits car le montant normal alloué à notre école s’élève à 4 420 000 F CFA et sans relâche nous allons taper d’autres portes pour être dans tous nos droits », a lancé un membre du CGS.

En février dernier, une polémique était née entre les membres du Comité de Gestion scolaires (CGS) de l’école fondamentale de Dialakorodji Secteur III, de l’école fondamentale « le sauvetage » et des membres du Comité de Gestion du groupe scolaire de Dialakorodji II au sujet de 4 tonnes de riz Gambiaka super N°1/ et un net à payer d’un million de F CFA.

L’école fondamentale de Dialakorodji secteur III vient d’être mise à moitié dans ses droits grâce à la persévérance des membres du CGS et la jeunesse dudit quartier, selon nos informations.

Abou Safouné Diarra

(stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît