La salle de conférence de l’amphithéâtre de l’Université de Kabala a abrité une journée d’information sur l’éducation des adultes et non formelle. La journée a été organisée la semaine dernière par l’Institut de Coopération internationale pour l’Education des Adultes (DVV-International) en partenariat avec l’Association pour le Service de la Nation (APSN).

L’objectif de cette journée d’information en faveur des étudiants s’inscrit dans un cadre global de promotion de l’éducation non formelle et des adultes.

A l’entame de ses propos, le directeur de l’ONG DVV international, Mohamed N’Diaye affirme que le système d’éducation formelle au Mali a été considérablement affaibli au cours de nombreuses années. Le taux d’analphabétisme chez les adultes est de 70 %. De plus, la pauvreté des ressources, une inégalité dans la répartition des richesses et des revenus ainsi que des conflits violents surtout dans le nord du pays entravent le développement économique du pays et provoquent un manque extrême d’emplois et de perspectives.

pub

Dans ce contexte, DVV International et ses partenaires au Mali renforcent les opportunités éducatives non formelles et orientées vers la demande au niveau local afin de fournir aux jeunes et aux adultes l’accès aux opportunités d’apprentissage et ainsi à une participation active à la vie sociale et économique.

Aux dires du directeur de l’ONG allemande, le choix du cadre universitaire résulte de plusieurs constats dont les conflits permanents dans l’espace universitaire et scolaire conduisant souvent à des violences, les difficultés d’insertion socioprofessionnelle des finalistes, la politisation des associations scolaires et universitaires ainsi que le manque de civisme et de savoir vivre pour des intérêts partisans ou d’appartenances géographiques. 

«C’est dans cette option que cette journée de sensibilisation est organisée pour permettre aux étudiants d’échanger sur les caractéristiques et les avantages de l’EA/ENF afin d’amener ces futurs cadres à prendre conscience et être des pionniers du sous-secteur », a-t-il conclu.

La journée a été marquée par la présence des responsables de l’université ainsi que quelques secrétaires généraux de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM).

Tidiane Bamadio

(stagiaire)

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît