Si le report du Clasico va compliquer un calendrier déjà chargé pour les deux équipes en question, il va aussi y avoir des conséquences pour les autres clubs de Liga…

Quand se jouera le Clasico ? Une chose est sûre, ce duel entre les deux géants du football espagnol n’aura pas lieu samedi prochain à 13h, comme c’était initialement prévu. La possibilité de jouer le match au Santiago Bernabéu ayant été rejetée par les deux clubs, la Fédération a annoncé un report du match. Dans des communiqués officiels publiés vendredi, Catalans et Madrilènes ont annoncé être d’accord pour jouer ce match le 18 décembre prochain. De son côté, la Liga préfère la date du 4 décembre. C’est le Comité de Compétition de la Fédération Espagnole de Football qui tranchera en début de semaine prochaine.

Quoi qu’il en soit, ce report du match aura des conséquences pour les deux clubs. S’il se jouait le 4 décembre comme le souhaite la Liga, il tomberait en milieu de semaine entre deux journées de Liga, avec de la Ligue des Champions la semaine précédente et la suivante. Les deux clubs ne souffleraient pas, surtout quand on connaît l’importance et la pression liée à cet événement. Si ce Clasico se jouait le 18 décembre, il tomberait entre deux matchs compliqués pour les Merengues, avec un déplacement à Valence et la réception de l’Athletic. Pour le Barça, il aurait lieu entre un match face à la Real Sociedad et un autre face à Alavés, et dans les deux cas, il aurait aussi lieu après une journée européenne.

Les entraîneurs des futurs rivaux du Barça et du Real Madrid l’ont mauvaise

Mais on a aussi tendance à oublier que ce changement de programme va toucher, indirectement, d’autres clubs. L’entraîneur du Betis, Rubi, a ainsi pesté contre ce report, notamment parce que son rival va avoir un repos inattendu quelques jours avant le duel entre Madrilènes et Andalous le samedi 2 novembre, une semaine après le Clasico : « c’est une décision qui touche de façon importante quatre équipes : Leganés, Valladolid, Levante et le Betis, parce que nos rivaux, qui sont déjà très puissants, vont jouer un match de moins sur une semaine de trois matchs. Ça me fait ch*er« .

Même son de cloche pour Sergio Gonzalez, entraîneur de Valladolid, rival du Barça le mardi 29 octobre : « on est touché parce qu’on allait à Barcelone trois jours après, peut-être que le Barça allait se fatiguer contre le Real Madrid et on aurait pu en profiter« . Diego Simeone, l’entraîneur colchonero, a cependant lui fait preuve de philosophie : «  il y a beaucoup de sujets qui sont plus importants qu’un match de football. C’est secondaire. On espère que la tranquillité va régner à Barcelone« . On n’a pas fini d’entendre parler de cette histoire !

Avec Footmercato.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît