À la suite des incompréhensions entre son pays et la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, le Colonel Assimi Goïta n’a pas jeté le bébé avec l’eau du bain. Bien que tenace, le Président malien ne ferme pas la porte au dialogue pour non seulement faire lever les sanctions contre son pays mais aussi, à convenir sur le chronogramme des élections. 

Lors de son adresse à la nation, le Président Assimi Goïta a appelé les Maliens à la sérénité. Le couac avec l’Uemoa et le Cedeao a certes débouché sur des sanctions injustes infligées à son pays. Mais, pour lui, ceci n’est que le résultat d’un manque d’analyse profond de la situation du Mali par les Chefs d’état de la sous-région. 

D’après le Président de la Transition dans un discours très apaisant et diplomatique, le caractère inhumain et irréfléchi des sanctions contre le Mali ne constitue pas pour autant, une raison de faire dos à ses pairs auxquels il tend la main pour un dialogue constructif, tenant compte des aspirations profondes des Maliens. Car, à l’entendre, tout n’était motivé qu’à refonder le système afin que le Mali s’évite le cycle d’instabilité chronique.

En attendant d’être bien entendu, le Président de la Transition n’hésite pas à envoyer une nouvelle fois ses envoyés vers la Cedeao en guise de bonne foi. De même, la venue au Mali des médiateurs de la Cedeao et de l’Uemoa n’est pas une option qu’écarte le Président malien, plus que jamais désireux de convaincre sur le bien-fondé de sa démarche.

Modibo TOURÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît