L’Amicale des anciens militants et sympathisants de l’Union des élèves et étudiants du Mali (Amsuneem), a animé une conférence de presse le vendredi 12 mai à la Pyramide du souvenir. La génération Cabral opte pour le oui et décide de vulgariser le projet de Constitution partout au Mali.

Le secrétaire général de l’Amsuneem, El hadj Seydou Patrice Dembélé, a animé une conférence avec ses camardes de lutte la semaine dernière pour donner leur position sur le referendum et annoncer leurs prochaines missions de vulgarisation du projet de loi et d’observation du référendum du 18 juin prochain avec leur partenaire du Groupe de réflexion et d’actions citoyennes et électorales (Grace-Mali).

Selon Seydou Patrice, la génération Cabral opte pour le oui au référendum afin de permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel. « L’Amsuneem vote le oui pour le départ des militaires« , a-t-il déclaré pour justifier leur position.

pub

A l’en croire, tout le problème auquel nous faisons face aujourd’hui, c’est parce que ce sont des militaires qui sont au pouvoir. « Et tout le monde dit qu’ils ne veulent plus quitter le pouvoir alors, voter le oui c’est les faire partir et quitter cette Transition« , s’est défendue l’Amsuneem.

Plus loin, M. Dembélé expliquera que le oui au referendum, serait pour avancer. « Le non va juste nous stagner et nous empêcher de quitter le dilemme. Le non, c’est le recul. Nous, nous voulons avancer« , a-t-il exhorté. Il précisera que l’Amsuneem a toujours accompagné la Transition dans toutes ses bonnes initiatives et compte toujours aller dans ce sens.

Aux dires de Seydou P Dembélé, ce projet de Constitution est l’une des recommandations des Assises nationales de la refondation (ANR) pour la sortie de crise. Pour aller à d’autres attentes telles que l’élection présidentielle et les autres élections, il est impératif d’avoir une nouvelle Constitution. « Donc, il faut voter le oui et aller de l’avant« a insisté Seydou Dembélé. 

Pour ce faire, l’Amsuneem a décidé de ne pas rester en marge. Elle va contribuer à la vulgarisation du projet de Constitution sur toute l’étendue du territoire. Elle va aussi former 500 observateurs pour le referendum et va sensibiliser pour le oui. Du côté de l’Amsuneem ça urge pour une sortie de crise et ça doit-être le oui au referendum.

Koureichy Cissé

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît