Me Kassoum Tapo met en place le Mouvement pour la Refondation du Mali (Morema). L’annonce a été faite au cours d’un point de presse le samedi dernier, le lancement du mouvement politique est prévu pour le dimanche prochain au Palais des Sports (Salimata Maïga).

Le week-end dernier lors d’un point de presse à Bamako, l’ancien bâtonnier et Garde des Sceaux, Me Kassoum Tapo, a annoncé le lancement du Morema prévu pour le dimanche 4 avril 2021 au Palais des Sport. Un mouvement politique pour le moment qui a vocation à être un parti politique dans les jours à venir, dit-il lors du point de presse. Il est composé d’associations, de partis politiques, de plusieurs mouvements socioreligieux. 

Ce mouvement à en croire, Me Tapo, viendra renforcer le processus de transition en cours au Mali par des contributions en idée et savoir-faire dans le domaine de la Refondation. Cette crise qui sévit au Mali depuis 2012 remonte bien-avant 2012, dit-il. Pour une issue, l’avocat préconise un dialogue inter malien dans un but de refondation dans les secteurs politique, économique, institutionnelle et social et moral. « Seule, personne ne pourra sauver ce pays », lance-t-il avant de faire recours à l’adage, « la jarre trouée contient l’eau qui donnera au pays le bonheur. Si tous les fils venaient, par leurs doigts assemblés à en emboucher les trous, le liquide ne couleraient pas et le pays serait sauvé », pour soutenir ses propos.

Pour réussir cette refondation, l’ancien ministre de la Réforme de l’Etat, ayant participé en  1992 à la rédaction de l’actuelle constitution et deux fois, conseillers aux différents projets de révision constitutionnelle avec l’ex-président, feu ATT et le président déchu IBK, ancien président de la Commission électorale Céni, préconise un rassemblement autour du Mali de tous ses fils et filles. Pour ce faire, l’avocat envisage de fédérer tous les Maliens et Maliennes à ce projet de Refondation. Le dialogue et les concertations sont les roues de cette démarche, qui, pour Tapo, doivent d’abord cicatriser toutes les plaies et de faire ce qui est possible pendant la transition et mettre le reste après les élections. « Tout n’est pas possible pendant la période de la transition », estime-t-il.

Le Morema compte déjà certaines personnalités dont Chouala Bayaya Haïdara, plusieurs associations de jeunes et de femmes et de partis politiques, a confié Me Tapo. La liste complète et le bureau exécutif provisoire seront communiqués lors du lancement, le dimanche prochain, a-t-il fait savoir. Parmi les grandes refondations, le sujet tabou de la place des religieux dans la politique serait touché par le Morema, lors de ses propositions. Me Kassoum Tapo reste persuadé que la place d’un imam c’est la mosquée, celle du pasteur, dans l’église. Leurs rôles doivent être des missions de médiation et réconciliation, insiste, l’initiateur principal de ce mouvement de refondation, Me Kassoum Tapo.

Koureichy Cissé

Mali Tribune du 30 Mars 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît